Journal de bord

4 stratégies de fabrication des cosmétiques sur-mesure De la fabrication artisanale sur point de vente à la production automatisée de petits lots

Suite à l’engouement pour les cosmétiques et les soins sur-mesure, Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, fait le point sur les stratégies et les technologies mises en oeuvre par quatre marques de cosmétique françaises et canadienne pour produire ces produits en petites séries afin de répondre à la demande d’une communauté variée de consommateurs.

La Bouche Rouge : un procédé de production innovant inspiré du secteur pharmaceutique

Fin octobre 2017, Nicolas Grelier, un ancien de L’Oréal lance la Bouche Rouge : un rouge à lèvre haut de gamme rechargeable avec une couleur sur-mesure. La teinte est reproduite à partir d’une photo envoyée par le consommateur grâce à un algorithme d’intelligence artificielle. Le projet, le premier portant sur des cosmétiques à être incubé à Station F, fait le buzz depuis quelques semaines de par son positionnement qui allie personnalisation, digital et écoresponsabilité. Au coeur de la startup se trouve un procédé industriel innovant inspiré de la pharmacie et permettant de produire au microgramme près des formulations en petites séries de manière rentable. Le procédé est breveté et pourrait être dupliqué et utilisé par la suite pour fabriquer des soins, des fonds de teint, etc. Le service de rouge à lèvres sera quant à lui opérationnel dès le mois de janvier.

Liplab : fabrication artisanale en boutique

Bite Beauty, une marque canadienne de rouges à lèvres naturel lancée en 2012 en partenariat avec Sephora, a ouvert 4 « LipLab » à Toronto, San José, New-York et San Francisco. Ces laboratoires offrent au consommateur une expérience unique : créer son rouge à lèvre à partir de 200 teintes, 3 finitions et 9 parfums. La production est artisanale et ne repose pas sur une technologie particulière. Les pigments sont mélangés dans un récipient et après des ajustements pour atteindre la teinte souhaitée, les autres ingrédients sont alors ajoutés. La formulation est ensuite centrifugée et coulée dans un moule afin de former le tube.

Lancôme : la production automatisée à l’unité sous l’oeil du consommateur

Le teint particulier est un fond de teint produit sur mesure en boutique ajusté à la carnation de la cliente et à son besoin en termes de texture, de couvrance et de niveau d’hydratation. Pour répondre à cette promesse, Lancôme a développé une technologie de rupture protégée par 9 brevets en collaboration avec l’incubateur de L’Oréal situé dans la Sillicon Valley. La peau du consommateur est scannée en 3 points pour relever ses données colorimétriques. Celles-ci sont ensuite traitées par un algorithme innovant afin de calculer avec précision les quantités de pigments à utiliser. La production se fait sur une machine de manière automatique sous les yeux des consommateurs où les ingrédients fonctionnels, les actifs et les pigments sont dosés en accord avec la formulation unique crée et ajoutés directement dans  e flacon. Un deuxième équipement permet par la suite d’homogénéiser le fond de teint. Introduit aux Etats-Unis dans un premier temps, le teint particulier de Lancôme est disponible depuis octobre 2017 à Paris.

Laboté : formulation d’un soin en boutique en combinant des actifs sélectionnés

Laboté est une marque de soins frais (sans conservateurs) et entièrement personnalisés préparés dans une boutiquelaboratoire. Après un diagnostic de peau réalisé à l’aide d’un questionnaire, les actifs sont sélectionnés et mis en formulation dans un laboratoire vitré. Un brevet a été déposé en 2016 afin de protéger la carte maitresse de Laboté : son procédé innovant de formulation à froid qui permet de préparer le soin à la demande en quelques minutes.

« Lancôme, Laboté et la Bouche Rouge ont prouvé l’importance d’innover dans les procédés de fabrication afin d’optimiser la rentabilité de la production de petites séries. Les trois marques en développant et brevetant leur technologie possèdent un véritable atout et une longueur d’avance sur leurs concurrents » conclut Vincent Pessey, Responsable de missions chez Alcimed.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *