Journal de bord

Alzheimer : Trouver un remède au cours de cette génération

Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, est toujours déterminée à aider l’industrie pharmaceutique à démêler le réseau complexe des difficultés qui se cachent derrière la guérison de la maladie d’Alzheimer, une maladie avec un des taux d’échec les plus élevés en matière d’essais cliniques.

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence et l’une des principales causes de décès aux États-Unis.[1]

Avec des centaines de milliards de dollars dépensés pour trouver un remède et pour prendre soin des personnes atteintes de cette maladie, la maladie d’Alzheimer reste une priorité pour les patients et leur famille, les professionnels de santé et les entreprises. Selon l’association américaine Alzheimer’s Association, jusqu’à 16 millions d’Américains seront atteints de la maladie d’ici 2050 et coûteraient 1,1 billion de dollars aux États-Unis si le poids des dépenses restait identique au niveau actuel.

Comme les traitements existants contre la maladie d’Alzheimer ne traitent que les symptômes, les entreprises pharmaceutiques continuent de mobiliser leurs efforts pour stopper ou prévenir cette maladie. La plupart des recherches et des essais ont ciblé la protéine bêta-amyloïde, qui joue un rôle crucial dans la formation de la plaque cérébrale d’Alzheimer, mais ils demeurent jusqu’à présent infructueux.

De nouvelles recherches apportent des éclaircissements sur la cause de la maladie d’Alzheimer, entraînant une augmentation de l’activité de développement de médicaments, mais d’énormes obstacles sont encore à surmonter.

La recherche sur la maladie d’Alzheimer se déroule à un rythme effréné. Il y a de nouvelles informations sur la recherche tous les jours voire toutes les heures. Avec 18 médicaments actuellement dans les essais de phase I et II et dont le mécanisme d’action varie, ainsi que de nouveaux développements pour cibler la protéine tau dans les enchevêtrements cérébraux de la maladie d’Alzheimer, l’excitation grandit.

 Pourtant, il peut être de plus en plus décourageant d’être témoin du fardeau croissant d’une maladie dont le taux d’échec des essais cliniques est l’un des plus élevés, à hauteur de 99,6%[2].  La cause exacte et inconnue de la maladie, le financement irrégulier, les questions de propriété intellectuelle et de partenariat, la difficulté de diagnostiquer la maladie et de recruter des patients pour les essais cliniques, forment un réseau complexe derrière ce taux d’échec effrayant. Bien que la pression augmente, il est important de se rappeler que nous avons découvert presque tout ce que nous savons sur la maladie d’Alzheimer dans le court laps de temps de ces dernières années. Il s’agit là d’une réussite en soi, et les échecs constituent des contributions clés à notre compréhension de la maladie et à l’élimination de fausses pistes.

[1] Alzheimer’s Association
[2] FierceBiotech, 2014.

 

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *