Journal de bord

Les cosmétiques naturels et biologiques : 5 plantes insolites pour faire peau neuve

Alors que le marché mondial de la cosmétique connait un développement régulier, affichant une croissance annuelle autour de 3.5%, les cosmétiques naturelles et biologiques semblent tirer leur épingle du jeu avec une croissance prévisionnelle de l’ordre de 10% par an. Les plantes sont devenues un allié beauté incontournable, s’invitant à foison dans la formulation de nos produits cosmétiques. Mais au-delà des plantes que nous rencontrons classiquement dans nos rayons beauté tels que l’aloe vera, le karité, ou encore l’argan, les produits cosmétiques d’aujourd’hui mettent à l’honneur des plantes aux propriétés étonnantes en s’appuyant sur les dernières avancées de la recherche en phytothérapie. Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, vous propose un éclairage sur ces plantes et leurs vertus.

Grâce à ses 128 lots de chromosomes et un nouveau procédé de cryo-extraction, la ficoïde glaciale s’invite dans nos produits beauté.

Originaire d’Afrique du Sud, la ficoïde glaciale bénéficierait de vertus cosmétiques anti-âge et hydratantes. L’extrait de cette plante entre ainsi dans la formulation de la gamme « Serum Végétal » de la marque Yves Rocher et est également l’actif phare d’une gamme de soins hydratants de la marque Dr. Hauschka adaptées aux peaux très sèches et desquamantes. La ficoïde glaciale est ce que l’on pourrait appeler le caméléon du règne végétal. Cette plante a en effet la caractéristique exceptionnelle de pouvoir s’adapter à son environnement et de survivre même en conditions extrêmes. Pour comprendre d’où ce végétal tire son secret, il faut s’attarder sur le caryotype de ce dernier: la ficoïde glaciale ne possède pas moins de 128 lots de chromosomes alors que la plupart des plantes n’en possède que 2.
Cette propriété remarquable, appelée polyploïdie, lui permet de s’adapter constamment à son milieu que ce soit physiologiquement, métaboliquement ou morphologiquement. Afin de préserver toutes les propriétés des principes actifs contenues dans cette plante après récolte, Yves Rocher a développé et breveté un procédé exclusif de cryoextraction à – 70°C. Pour assurer son hydratation, cette plante forme sur ses feuilles des petits cristaux servant de réservoirs d’eau. La ficoïde glaciale permettrait de lutter contre les rides et le vieillissement cellulaire en agissant sur une protéine bien particulière présente au sein de notre peau, la protéine mTor.

L’Acmella oleracea ou le botox végétal sans injection devient la coqueluche des stars.

Quel est le point commun entre Kate Middleton, Michelle Obama ou encore Leonardo DiCaprio? La réponse: Biotulin®, une crème spectaculaire permettant d’obtenir les effets du botox, les inconvénients en moins. Il n’est donc pas question ici d’injections ou d’effet « visage figé ». La pépite végétale derrière ce petit miracle est l’Acmella oleracea, communément appelé mafane. Cette plante se retrouve dans la composition de plusieurs soins anti-rides du commerce tels que Merveillance® (Nuxe), Mystérieux Repulpant® (Garancia) ou Gatuline® Expression (Gattefosse). Les produits sont simples d’utilisation et se présentent sous la forme d’un gel à appliquer sur le visage. Le mafane est une plante aliment et médicinale utilisée depuis longtemps à la Réunion et Madagascar. Ainsi le mafane est ainsi l’un des ingrédients du plat national Malgache, le romazava. Cette petite plante possède notamment des propriétés anti-inflammatoire et anesthésique mais se révèle également être un puissant actif cosmétique. Cette plante supprimerait les rides d’expression grâce au spilanthol, un amide aliphatique anesthésique tiré de l’Acmella oleracea, qui agirait directement sur les micro-contractions spontanées des cellules cutanées. Ainsi le mafane, par son action myorelaxante, permet d’estomper les rides et les ridules de manière curative et préventive, d’où son surnom de « botox végétal ».

Le kalanchoé officinale, une nouvelle venue chez Clarins, permet de limiter l’impact des chocs thermiques sur notre peau, notamment en milieu urbain.

Le kalanchoé officinale est au cœur de la nouvelle gamme Hydra-Essentiel de Clarins et s’inscrit dans le champ d’une étude plus large menée par la marque sur l’impact des chocs thermiques sur l’hydratation de notre peau. D’après cette étude, la peau subit en moyenne 17 chocs thermiques quotidiens : ces variations brusques agressent notre peau et lui font perdre son action auto-hydratante. Le kalanchoé officinale, surnommée « Fleur de Vie » par les malgaches qui l’utilisent en médecine traditionnelle, est capable de rester gorgé d’eau malgré de grandes variations thermiques et supporte donc très bien la sécheresse. Cette plante vise ainsi à contrecarrer l’impact délétère des chocs thermiques répétés et quotidiens sur l’hydratation de la peau en favorisant la production d’acide hyaluronique, véritable molécule éponge présente dans notre derme et pouvant fixer et attirer jusqu’à mille fois son poids en eau.

Mise en lumière par L’OCCITANE, l’immortelle devient incontournable dans la formulation de produits naturels anti-âge.

L’Hélichryse italienne, ou immortelle, est sous le feu des projecteurs depuis la révélation par L’Occitane en Provence de ses propriétés anti-âge exceptionnelles, la marque ayant d’ailleurs déposé pas moins de 5 brevets sur ce sujet entre 2001 et 2013. Popularisée par la gamme « Immortelle » de L’Occitane en Provence, l’Hélichryse italienne entre désormais dans la composition de nombreux soins anti-âge du commerce (Léa Nature, So Bio Ethic…) Cette plante, qui pousse de façon endémique sur le pourtour méditerranéen et notamment en Corse, porte bien son nom car elle ne se fane jamais, même après avoir été cueille. Initialement connue pour son effet anti-traumatique et anti-hématome puissant, l’immortelle est aussi surnommée « l’huile des boxeurs ». L’immortelle endémique de Corse se distinguerait par la supériorité de ses propriétés anti-âges car elle bénéficierait d’une concentration exceptionnellement élevée en acétate de néryle, l’un des principes actifs anti-âge contenu dans l’huile essentielle, par rapport à des immortelles récolteés dans d’autres zones géographiques.

Le Lys de mer, un actif de choix encore confidentiel, pour lutter contre les taches brunes.

Afin de lutter contre les taches brunes, un certain nombre de marques ont intégré le Lys de mer à leur formulation, parmi lesquelles Esenka, Cattier, So bio Ethic, Melvita et Lierac peuvent être citées. Le Lys de mer ou Lys des sables est une plante permettant de lutter contre le phénomène d’hyperpigmentation de la peau, à savoir l’apparition de taches brunes en raison d’une production excessive et d’une répartition irrégulière de mélanine. Ces taches brunes peuvent avoir diverses causes tel que l’âge, l’exposition au soleil ou un dérèglement hormonal, en particulier lors de la grossesse. La formation de ces taches brunes est expliquée par les molécules de stress cellulaires et les neuropeptides épidermiques. D’après des études menées par la société Codif, le Lys des mers renfermerait un actif capable d’agir à ces deux niveaux, en inhibant à la fois la protéine POMC (pro-opio-melanocortin) et les effets promélanogénèse d’un neuropeptide. Ceci a pour effet de diminuer la synthèse et l’exportation de mélanine, réduisant ainsi la surface et la pigmentation des taches brunes.

« L’innovation produit est au cœur des enjeux de la cosmétique et pour la cosmétique naturelle et biologique, cela passe soit par l’extraction de nouvelles molécules, grâce par exemple au développement de nouveaux procédés d’extraction, soit par l’identification de nouvelles plantes d’où extraire les molécules » résume Vincent Pessey, responsable de mission chez Alcimed.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *