Journal de bord

Pitch Journée Mondiale de l’Environnement

A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement du 5 juin, Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, revient sur 3 grands thèmes phares : la qualité de l’eau, la smart agriculture et la mobilité hydrogène. La qualité de l’eau : L’un des forts enjeux du monde agricole concerne la qualité de l’eau. L’eau est un enjeu planétaire pour lequel l’agriculture a un rôle central à jouer. En effet, l’agriculture absorbe aujourd’hui plus de 70 % de l’eau consommée. Au-delà des actions menées en amont visant à limiter l’usage d’engrais et de produits phytosanitaires, le contrôle de la qualité des intrants des acteurs agricoles pourrait devenir une question clef. En effet, les consommateurs sont de plus en plus vigilants à la qualité des aliments et à l’absence de polluants, à l’instar des débats sur les perturbateurs endocriniens. Alcimed reste à votre disposition pour échanger autour de la thématique de l’eau, enjeu planétaire pour lequel et l’agriculture a un rôle central à jouer.

La smart agriculture :La Journée mondiale de l’environnement est l’occasion de réflexions sur le respect de l’environnement, l’augmentation des productions mais aussi peut-être l’optimisation de la gestion des exploitations agricoles. L’agriculture de demain doit en effet répondre à un double objectif de performance et de durabilité et la smart agriculture permet de communiquer, échanger, partager et génèrer de l’information, aidant l’agriculteur et ses partenaires à prendre les bonnes décisions et ouvrant la porte à de nouvelles voies de production et de gestion des exploitations. Alcimed, qui accompagne les acteurs publics et privés du secteur de l’agrobusiness dans l’exploration des nouvelles opportunités de marché liées à la smart agriculture, reste à votre disposition pour échanger autour de ces sujets.

La mobilité hydrogène : Les villes poursuivant un objectif zéro émission et l’intérêt croissant des utilisateurs pour des moteurs plus propres et silencieux entrainent une demande croissante en véhicules tout électrique. Toutefois, un des freins majeurs à l’expansion de ce type de véhicule reste l’autonomie, de l’ordre de 300 km maximum, et le temps de chargement relativement long (plusieurs heures). Pour pallier ces contraintes, les constructeurs automobiles proposent aujourd’hui des véhicules à hydrogène, qui présentent deux avantages clés : une grande autonomie, de l’ordre de 600 km, et une rapidité du « plein » d’hydrogène, en 3 à 5 minutes. Toutefois, le développement de la filière mobilité hydrogène se heurte aujourd’hui à un frein majeur : l’absence d’une infrastructure de recharge sur les territoires. Alcimed, revient sur ce défi d’infrastructure auquel la filière est confrontée.

 

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *