Journal de bord

Comment gagner la guerre contre la résistance aux antimicrobiens

Alcimed, une société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, souligne l’importance de s’attaquer à la résistance aux antimicrobiens et analyse les stratégies potentielles pour s’attaquer à ce problème.

Les efforts de l’ONU pour trouver une réponse à la résistance aux antimicrobiens se sont traduits par la création d’une liste prioritaire d’agents pathogènes par l’OMS en 2017 et le lancement d’un plan d’action par les Etats-Unis en novembre 2018.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) considère la résistance aux antimicrobiens (ou RAM) comme une grave menace pour la santé publique mondiale. Par exemple, les quatre des principales bactéries responsables des infections de la circulation sanguine et la pneumonie (Klebsiella, E. coli, Serratia et Proteus) sont déjà résistantes aux antibiotiques réservés au traitement des bactéries multirésistantes, et constituent le groupe le plus critique d’agents infectieux sur la liste prioritaire RAM. Parmi les pathogènes de deuxième et de troisième classe figurant sur la liste, la résistance aux pathogènes entraînant d’autres infections courantes comme les maladies sexuellement transmissibles et les intoxications alimentaires a également connu une augmentation spectaculaire. « Si l’on ne s’attaque pas à ce problème croissant, non seulement les coûts associés à la plupart des interventions médicales augmenteront, mais les taux d’incidence des maladies infectieuses », déclare Danna Hargett, responsable de mission chez Alcimed.

En automne 2016, l’Assemblée générale des Nations Unies a créé le Plan d’action mondial sur la résistance aux antimicrobiens, à la suite de quoi l’OMS a publié une liste de 12 agents pathogènes prioritaires liés à la RAM afin d’encourager les pays à aligner leurs efforts.

En septembre 2018, les États-Unis ont lancé leur propre plan d’action, appelé « AMR Challenge », visant à accélérer les efforts de lutte contre la RAM sur une durée d’un an. Avec l’aboutissement de ce plan d’action le mois dernier, les États-Unis ont fait état de plus de 350 engagements dans 32 pays avec différents acteurs de l’alimentation, de la pharmacie, de la biotechnologie, de la santé publique, des pharmacies et des établissements de santé.

Le succès de ce défi lancé par les Etats-Unis est dû à l’élargissement du champ d’action des nouveaux antibiotiques à un ensemble complet de 5 domaines d’engagement, englobant pleinement le One Health Paradigm.

« Pour s’attaquer au problème de la résistance aux antibiotiques, il ne suffit pas d’examiner la façon dont les patients sont traités lorsqu’ils tombent malades, il faut également adopter une approche holistique, c’est-à-dire s’attaquer à tous les endroits où les antibiotiques sont mal utilisés. L’industrie de la santé animale travaille à la découverte de classes non partagées d’antibiotiques afin de minimiser les risques pour les humains », rappelle Anton Dura, responsable de mission chez Alcimed.  En effet, jusqu’à 70% des antibiotiques utilisés en santé animale sont également utilisés chez l’homme. Lorsqu’ils sont utilisés correctement en santé animale, les antibiotiques sont très bénéfiques à la fois pour les animaux et pour les agriculteurs, mais de meilleures pratiques d’utilisation des antibiotiques dans ce contexte doivent être soigneusement examinées par région géographique.

La réponse à la complexité de la résistance aux antibiotiques se traduit par le « One Health Paradigm », le paradigme d’une seule santé, qui met l’accent sur l’interconnexion entre les personnes, les animaux, les plantes et l’environnement. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un concept nouveau, l’augmentation de la connectivité due à l’expansion géographique de la population humaine, aux changements climatiques, aux voyages internationaux et aux pratiques agricoles place le ce paradigme au premier plan de nombreuses discussions sur la santé humaine aujourd’hui. Conformément à ce modèle, le défi américain de la RAM couvrait cinq grands domaines d’engagement : le suivi et la collecte de données, la prévention et le contrôle des infections, l’utilisation des antibiotiques, l’environnement et l’assainissement et les vaccins thérapeutiques et diagnostiques.

Alcimed s’attend à un intérêt croissant envers des collaborations innovantes autour du One Health Paradigm afin de trouver des solutions à la crise croissante de la résistance aux antibiotiques.

L’engagement en faveur du « One Health Paradigm » est déjà visible parmi les géants de l’industrie. Dans le secteur de la santé, Zoetis, leader en santé animale, a lancé deux partenariats « One Health » : un partenariat avec Celgene Global Health afin de développer de nouvelles solutions pour contrôler les infections parasitaires chez les humains et les animaux, et un partenariat avec Regeneron pour explorer et augmenter l’utilisation des anticorps monoclonaux dans le traitement des animaux. Merck Animal Health a également donné la priorité aux vaccins comme première ligne de défense dans son portefeuille. Dans le secteur alimentaire, McDonald’s s’est engagée à modifier sa chaîne d’approvisionnement en mettant à jour ses politiques d’utilisation des antibiotiques dans sa campagne « Scale for Good », et la coopérative agricole américaine Ocean Spray collabore à la recherche sur les composés bioactifs qui peuvent être extraits des aliments, comme les canneberges. Compte tenu du haut niveau d’engagement des gouvernements et des organismes de réglementation dans la lutte contre la RAM, les collaborations dans le cadre du One Health Paradigm peuvent espérer avoir un accès plus rapide au marché.

Chez ALCIMED, nous croyons que les collaborations intersectorielles autour du One Health Paradigm rejoignent nos valeurs fondamentales de surpassement, d’aventure, d’innovation et de travail en équipe. Nous pensons également que ces collaborations seront très bénéfiques non seulement pour les entreprises concernées, mais aussi pour la santé humaine dans son ensemble, si elles réussissent.

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *