Souveraineté alimentaire conseil consulting

Comment assurer la souveraineté alimentaire de la France ?

La souveraineté est un concept très en vogue dans les stratégies françaises et européennes. Le contexte récent de crises multiples, sanitaires, géopolitiques, climatique a mis en exergue la nécessité de bâtir une souveraineté au niveau territorial, national et européen dans des secteurs stratégiques tels que la santé, l’énergie, l’alimentation, le numérique. Le concept de souveraineté apparait même dans la nouvelle dénomination du Ministère de l’Agriculture, devenu récemment le « Ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire ». Avant la Covid-19 et la guerre Ukraine, la souveraineté, et en particulier alimentaire, n’était pas une priorité dans notre système mondialisé, aux spécialisations régionales établies. La sécurité alimentaire semblait quant à elle être un enjeu obsolète pour les pays occidentaux. Un véritable changement de paradigme s’est opéré, que la guerre en Ukraine a accéléré. Ce concept renvoie à différentes notions, telles que l’autonomie, l’autosuffisance, la sécurité, l’indépendance, la puissance, ou encore la suprématie, et y est parfois assimilé. Mais qu’est-ce que la souveraineté alimentaire ? Et comment l’assurer au niveau des territoires ?

Définition du concept, Souveraineté vs autosuffisance

En 1996, lors du Sommet mondial de l’alimentation organisé à Rome, la Via Campesina (mouvement paysan international) a introduit une définition de la souveraineté alimentaire :

« La souveraineté alimentaire est le droit de chaque pays de maintenir et de développer sa propre capacité à produire son alimentation, facteur essentiel de la sécurité alimentaire au niveau national et communautaire, tout en respectant la diversité culturelle et agricole ».

La souveraineté est à distinguer de l’autosuffisance. Il s’agit d’atteindre une autonomie partielle sur des productions, biens et services essentiels afin d’assurer sa sécurité. Il ne s’agit pas de se refermer sur soi-même, mais plutôt de ne pas être soumis ou conditionné aux décisions d’autres régions du monde dans les secteurs stratégiques essentiels. Il s’agit également de casser au maximum les situations d’hyperspécialisation territoriale dans la production de matières premières (agricoles, énergétiques ou autres) ou dans la fourniture de services essentiels (ex : les services numériques).

Comment assurer la souveraineté alimentaire au niveau des territoires ?

Une politique de souveraineté alimentaire implique donc une triple stratégie : pour ce qui peut être produit et consommé sur place (développement de filières de production locales, innovation agricole), ce qui ne peut pas l’être (en sécurisant les flux et en diversifiant les sources d’approvisionnements) et ce qui peut contribuer à la sécurité alimentaire d’autres territoires (exportations).

Pour Yuna Chiffoleau, chercheuse à l’INRAE « La résilience suppose de la diversité. Il faut du circuit court et du circuit long, du local et du non local. Ce rééquilibrage, il faut le maîtriser, mieux connaître l’origine des produits qu’on consomme, à la fois relocaliser et établir des partenariats inter-territoires, en France comme à l’international, pour transformer les dépendances subies en partenariats choisis. »

Les enjeux pour les filières agricoles et alimentaires se situent donc à tous les niveaux des chaines de valeur : au niveau de l’écosystème d’innovation, de la production, de la transformation, des circuits de distribution ou d’approvisionnement.

  • Sur le volet de la recherche et du développement : l’innovation dans les domaines des biotechnologies, des biointrants, de l’intelligence artificielle, de l’acquisition de données, de l’agriculture de précision, contribue à la capacité à produire sa propre alimentation de façon compétitive et donc à la souveraineté alimentaire.
  • Sur les volets de la production et de la transformation, les enjeux sont multiples : développer des filières stratégiques comme les légumineuses, sources de protéines végétales, diversifier les productions,  réussir le renouvellement des générations de producteurs,  compléter les chaines de valeurs des filières avec le volet de la transformation, en relocalisant les industries, d’améliorer l’attractivité des métiers de l’agriculture et de l’industrie agroalimentaire.
  • Sur le volet de la distribution : il s’agit d’assurer des débouchés aux productions territoriales, qu’ils soient locaux ou non, en les diversifiant, de développer les circuits de proximité, de stabiliser les exportations, de trouver des voies de valorisation des co-produits, de réduire le gaspillage et de promouvoir l’économie circulaire.

Les opportunités pour les entreprises et les territoires liées au déploiement d’une politique de souveraineté alimentaire sont majeures : dans le cadre du plan de financement France 2030, 300 millions d’euros sont consacrés au soutien de projets permettant de renforcer notre souveraineté agricole et alimentaire et d’accompagner la transformation du secteur. Cet appel à projet s’adresse aux entreprises agro-agri comme aux filières.

A titre d’exemple, 80 millions d’euros sont consacrés à la mise en place des plans alimentaires territoriaux (PAT). Ces PAT sont également une opportunité pour développer de nouvelles filières de production stratégiques sur nos territoires. En effet, ils favorisent la relocalisation de l’agriculture et de l’alimentation en soutenant l’installation d’agriculteurs, les circuits courts ou encore les innovations en restauration collective.

Enfin, bâtir une souveraineté alimentaire en repensant nos systèmes agricoles et alimentaires peut également être une opportunité d’accélèrer la lutte contre le changement climatique.

La souveraineté alimentaire est un enjeu majeur pour nos territoires et les politiques s’emparent de plus en plus de ce sujet. La marge de manœuvre pour la mise en place de solutions concrètes reste grande. De nombreuses solutions sont possibles, de l’innovation technologique au déploiement de plans d’actions stratégiques. Au sein d’Alcimed, nos équipes peuvent vous accompagner sur ces sujets, notamment au travers de l’accompagnement à la recherche de financements, l’identification des tendances d’évolution des secteurs agri-agro, ou la définition de stratégies.


A propos d’Alcimed, 

Roxane, Consultante Senior au sein de l’équipe Innovation Politiques Publiques d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Pour continuer à explorer...