Emballages réutilisables : 4 modèles d’utilisation en grande distribution par Alcimed

Emballages réutilisables : 4 modèles d’utilisation d’avenir

La durabilité est au cœur des préoccupations de notre société. Les 3 R (Réduire, Réutiliser et Recycler) sont les piliers d’un modèle de consommation plus durable. Pourtant, trop souvent, seuls les piliers Réduire et Recycler sont considérés pour rendre les emballages plus respectueux de l’environnement. Alcimed vous présente 4 modèles existants qui permettent de mettre en place des systèmes d’emballages réutilisables.

1. Emballages réutilisables et recharge à domicile : idéal pour le commerce en ligne et les produits domestiques

Le modèle de recharge à domicile fonctionne particulièrement bien pour le commerce en ligne. Le principe de base repose sur des recharges dont l’emballage consomme moins de ressources par rapport au contenant qu’elles viennent remplir. Les clients reçoivent les recharges directement à leur domicile, sans avoir besoin de se rendre en magasin.

Certains produits domestiques se prêtent particulièrement bien à ce système. Par exemple, les recharges de savon liquide permettent à la fois de réduire l’impact écologique des bouteilles en plastique rigide en les remplaçant par des pochettes en plastique souple, mais aussi de réduire le prix final pour le consommateur. Plus innovant encore, une start-up américaine, Blueland propose à ses clients de commander son produit de nettoyage sous forme de tablettes à dissoudre dans de l’eau. Ainsi les clients peuvent réutiliser les bouteilles-spray de manière infinie, économisent de l’argent et de l’espace de rangement !

Une limite de ce système d’emballages réutilisables toutefois est qu’il est en général plus difficile à appliquer aux produits alimentaires.

2. Emballages réutilisables et recharge en station de remplissage : des possibilités variées et adaptées aux grandes surfaces

Similaire au système précédent, ce système d’emballages réutilisables se différencie par le fait que l’action de recharger le contenant se fait directement en magasin ou dans un espace dédié. Le consommateur doit donc quitter sont domicile mais en contrepartie, cette alternative est plus facilement applicable aux produits alimentaires. Ces caractéristiques en font un système adapté aux environnements urbains et aux supermarchés. Cette alternative permet au client de nettoyer son contenant, puis de l’apporter en magasin pour le remplir avec le produit désiré et le réutiliser : c’est le principe de la vente en vrac.

Preuve du fort intérêt pour ce système de la part des autorités, le projet de loi Climat et Résilience prévoit que les commerces français de plus de 400 m2 dédient 20% de leur surface à la vente en vrac en 2030.

Algramõ  au Chili et Miwa en République tchèque sont deux exemples de start-ups qui tentent de moderniser le principe de la vente en vrac. Miwa conduit déjà des pilotes en république Tchèque, Suisse et France et a d’ailleurs reçu le support de multinationales comme Nestlé et Barilla.

3. Retour depuis le domicile : idéal pour éliminer les emballages de livraisons à usage unique

En contraste avec les deux précédents systèmes, celui-ci repose sur le fait d’échanger un contenant usagé contre un contenant neuf. Le « retour depuis domicile » s’applique principalement aux emballages utilisés pour emballer les produits commandés en ligne. Il repose en général sur un retour via service postal prépayé: le consommateur reçoit le produit, le déballe, et vient coller ou retourner une étiquette qui indique le lieu de retour.

Par exemple, Living Packets, une start-up française est en phase de test sur un système de ce type, appelé The Box. Puisque The Box est conçue pour être utilisé jusqu’à 1000 fois, le prix de l’emballage est plus élevé, ce qui permet également d’ajouter des fonctionnalités additionnelles comme des mesures de chocs, de température ou d’humidité. Pour les entreprises l’intérêt est double : elle offre une meilleure expérience client et elle réduit les coûts associés aux livraisons défectueuses.

4. Retour en magasin : un système utilisé depuis longtemps remis au goût du jour

Le  « retour en magasin » vous rappellera probablement le principe de la consigne. Dans ce système, le client rapporte le contenant usagé et reçoit en retour un contenant propre ou une somme d’argent, appelée gratification, qu’il avait payé lors de son achat initial en sus du prix du produit. Ce système est particulièrement pratique pour le client, puisque celui-ci n’a pas à se charger du nettoyage du contenant. Ceci en fait un système d’emballages réutilisables particulièrement adapté à la grande distribution.

Il est d’ailleurs très intéressant de noter que ce système de consigne est utilisé au niveau national dans de nombreux pays ou régions comme l’Allemagne ou le Québec, avec des niveaux de récupération et de satisfaction très élevés.

Au-delà de l’autorité des états, des start-ups comme Loop offrent à des compagnies des solutions pour coconcevoir des emballages réutilisables et se charge également de la logistique pour la remise en service des emballages retournés par les consommateurs. Preuve du potentiel et de l’intérêt accordés à ce genre d’innovation, de nombreuses marques reconnues comme Gilette ou Tropicana sont maintenant partenaires de Loop. En France, Loop est en train d’étendre ses pilotes en partenariat avec Carrefour avec 8 magasins dans Paris et ses environs proposant d’acheter des produits dans des emballages réutilisables.

Ces 4 systèmes d’optimisation de la gestion des emballages, se concentrant sur la capacité de réutiliser, plutôt que de jeter, nous ouvrent une fenêtre sur le futur de l’emballage dans la grande distribution. La pression des consommateurs et des gouvernements pour repenser la façon que nous avons de consommer (et donc d’emballer) est grande et ne fera que s’accentuer. Ces systèmes novateurs ne sont d’ailleurs plus simplement développés uniquement par des petites start-ups, mais attirent de plus en plus l’attention de grands groupes désireux de saisir l’opportunité présentée par les emballages réutilisables. Vous voulez en savoir plus sur ce sujet ? Alcimed est là pour vous aider !


A propos de l’auteur, 

Axel, Consultant dans l’équipe Life Sciences d’Alcimed en Suisse

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

CONTACTEZ NOS EXPLORATEURS >

 

Pour continuer à explorer...