Formation continue dans l'enseignement supérieur universités écoles de gestion par Alcimed

Formation continue dans l’enseignement supérieur : 5 bonnes pratiques pour monter un dispositif efficace

 

De plus en plus aujourd’hui, les établissements de l’enseignement supérieur développent leur offre de formation continue auprès des entreprises. Cette dynamique est notamment tirée par l’attractivité des marchés d’application permettant de valoriser les expertises et les équipements de l’établissement, ainsi que de belles perspectives de recherche collaborative au-delà des formations. Forte de ses expériences aux côtés d’établissements de l’enseignement supérieur français, notre équipe Innovation et Politiques Publiques chez Alcimed vous partage 5 bonnes pratiques pour monter une offre de formation continue qui porte ses fruits.

1. Choisir une ligne directrice pour votre offre de formation

En 2018, la formation continue dans l’enseignement supérieur public générait un chiffre d’affaires de 480 M€ et accueillait 452 000 stagiaires. Ce chiffre reste loin de l’objectif fixé par le Président de l’Université de Cergy-Pontoise François Germinet dans son rapport ministériel de novembre 2015 sur la formation continue dans le supérieur : 1 Mds€ à l’horizon 2020.

Pour autant, les offres de formation continue dans l’enseignement supérieur sont nombreuses ! Pour rendre son offre visible, il est important de choisir un fil rouge : des expertises fortes de l’établissement, une thématique « phare » au cœur des projets stratégiques des entreprises ou encore des interfaces entre disciplines prometteuses et/ou peu creusées.

2. S’apprêter à un travail dans la durée

Malgré la visibilité des offres de formation continue portées par les écoles de gestion, il ne s’agit pas toujours du « nouvel eldorado » auquel beaucoup rêvent. Avec le temps – à horizon 10 ou 15 ans – la formation peut devenir un vrai centre de profit, mais la courbe de croissance est lente.

Les dix premières années sont souvent synonymes de marges faibles car elles demandent un investissement particulièrement fort pour enclencher la dynamique : conception des programmes, effort de prospection important, ajustements tarifaires, etc. Après les années d’amorçage, cet investissement peut porter ses fruits s’il est bien mené. La fidélisation de sociétés clientes, la stabilisation de formats types, l’équilibre entre les programmes, l’effet d’apprentissage, peuvent permettre d’envisager une rentabilité autour de 10% pour le dispositif de formation continue.

3. Accepter que la formation continue dans l’enseignement supérieur, « c’est du business »… et recruter en conséquence

Pour beaucoup d’institutions tournées vers l’accueil et la formation des étudiants, monter une offre dédiée au secteur privé peut représenter une petite révolution. Accepter qu’une offre de formation continue dans l’enseignement supérieur aura nécessairement une dimension « business » peut impliquer un changement de paradigme.

Ce changement amorcé, toutes les équipes – chercheurs, enseignants, équipes de valorisation – doivent être structurées et armées pour dialoguer avec les entreprises, comprendre leurs besoins et transmettre leurs savoirs. Appréhender les process des entreprises, intégrer de nouveaux formats pour les formations, former ses personnels en interne, vendre les formations : c’est un nouveau modèle de fonctionnement. Cela peut souvent nécessiter des recrutements dédiés.

4. Valoriser le retour sur investissement des formations continues auprès des entreprises

Selon une enquête de la Direction de l’information légale et de l’administration, 59% des salariés ont suivi une formation professionnelle en 2016. Mais quel retour sur investissement est attendu pour les entreprises finançant ces formations ? Les entreprises – notamment les Directions RH et achat des grands groupes – recherchent de plus en plus une certification, un diplôme, garantissant la valeur ajoutée des formations suivies. Par ailleurs, afin de maximiser leur ROI, les entreprises recherchent de plus en plus des formations plus courtes, plus pointues, et moins chères.

5. Récompenser les personnels universitaires moteurs du projet de formation continue

Un projet de formation continue ambitieux et de qualité ne peut réussir sans personnes motivées au sein de l’établissement pour le porter et pour l’impulser, tant en interne que vers l’extérieur.  « Le train ne peut démarrer sans ses locomotives – et ces dernières, il faut les récompenser pour leur contribution », souligne Hervé Biausser, ancien directeur de Centrale Supelec.

Récompenser les personnels en ce sens permet de crédibiliser le projet de formation continue, aussi bien en interne qu’auprès de ses partenaires. En plus, la reconnaissance à titre individuel montre l’importance du projet pour l’université, lui apportant de la crédibilité en interne comme externe.

Ces 5 bonnes pratiques pour monter une offre de formation continue dans l’enseignement supérieur sont autant d’éléments à prendre en compte pour construire une offre solide dans le temps. Vous souhaitez développer ou renforcer votre offre de formation continue dans l’enseignement supérieur ? Notre équipe dédiée sur ce sujet est prête à vous accompagner ! Découvrez également nos offres de conseil en analyse concurrentielle et business case.

A propos des auteurs

Guillaume, Responsable de Mission dans l’équipe Formation Continue dans l’Enseignement Supérieur d’Alcimed en France
Evan, Responsable de Développement dans l’équipe Innovation et Politiques Publiques d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >