L’industrie des insectes : un modèle durable d’économie circulaire ?

L’élevage d’insectes pour la production de protéines connaît actuellement un tournant. En France, les start-ups pionnières apparues il y a quelques années commencent à passer à l’échelle industrielle. C’est le cas notamment de NextAlim, Agronutris, Innovafeed ou Ynsect. Alcimed revient sur les atouts et les promesses de cette industrie des insectes émergente.

L’élevage d’insectes, une solution durable pour nourrir la planète

Dans un contexte de forte augmentation de la population mondiale, l’industrie des insectes pourrait répondre à la demande mondiale croissante en protéines, prévue d’augmenter de près de 30% entre 2020 et 2030 (source : INRA). Les insectes présentent de très bonnes qualités nutritionnelles, notamment grâce à leur haute concentration en protéines, en acides gras essentiels et en minéraux. Les produits alimentaires à base d’insectes comme la farine et l’huile d’insectes servent ainsi d’alternatives durables et naturelles aux produits habituellement utilisés dans l’alimentation animale et humaine.

L’alimentation animale comme premier marché de l’industrie des insectes

  • La farine d’insectes, contenant 60 à 80% de protéines, peut être utilisée en aquaculture en remplacement des farines de poisson, et pour l’alimentation des animaux domestiques.
  • L’huile d’insectes, 100% naturelle et riche en acides gras essentiels, peut être utilisée en tant qu’additif pour l’alimentation animale.

L’alimentation humaine, un débouché prometteur en phase d’acceptation

L’alimentation humaine est également un débouché, à travers des produits transformés élaborés à base d’insectes : insectes séchés, biscuits, barres protéinées, chocolats, steaks, ou ecore pâtes.

Par exemple, Micronutris est la première ferme d’insectes comestibles en France et vend déjà 6 gammes de produits différentes. Néanmoins aujourd’hui, les industriels doivent encore faire face à des blocages culturels et réglementaires, qui freinent la consommation d’insectes en Europe.

Les insectes commencent également à trouver leur place dans d’autres domaines, comme celui des cosmétiques, avec des produits de beauté conçus à partir de l’huile d’insectes.

Les insectes, des acteurs du zéro déchet !

L’industrie des insectes pourrait représenter une solution exemplaire à la fois pour recycler les déchets d’autres industries, mais aussi pour valoriser ses propres co-produits.

Les êtres vivants décomposeurs, dont font partie les insectes, sont essentiels à notre écosystème. Dernier maillon de la chaîne alimentaire, ils transforment les matières mortes en énergie et éléments minéraux, essentiels aux végétaux. Ainsi, l’industrie des insectes les replace au cœur de notre système agro-alimentaire.

L’élevage d’insectes pour valoriser les déchets issus du gaspillage alimentaire

Les insectes sont une solution pour valoriser les déchets issus du gaspillage alimentaire, enjeu important lorsqu’on sait que 1/3 de la nourriture produite dans le monde ne sera jamais consommée. Ils peuvent consommer des invendus de supermarché, des restes alimentaires ou encore des chutes de production de l’industrie agroalimentaire. Les larves de mouche soldat noire de la start-up Entofood consomment notamment des déchets alimentaires industriels et des déchets issus de la restauration.

L’élevage d’insectes pour recycler les biodéchets agricoles non valorisés

Les insectes peuvent être utilisés pour recycler les biodéchets agricoles non valorisés. C’est le cas de la coopérative agricole NatUp et la société Nextalim qui ont signé un partenariat d’implantation d’un élevage industriel de larves d’insectes pour 2020, afin de valoriser des déchets organiques. Une solution durable de valorisation des coproduits par l’insecte est ainsi proposée aux agriculteurs.

L’élevage d’insectes et ses co-produits pour l’agriculture biologique

Les co-produits de fabrication des protéines d’insectes sont eux aussi valorisables. Les déjections des insectes sont un fertilisant organique à haute valeur agronomique, utilisable en agriculture biologique. Aussi, la chitine, matériau constituant l’exosquelette des insectes, peut avoir des applications larges, de la purification de l’eau jusqu’au domaine pharmaceutique.

Pour aller au bout de la démarche, les industriels de l’insecte doivent cependant prendre en compte un certain nombre de contraintes, notamment la proximité de l’élevage avec les sources d’approvisionnement et avec les débouchés possibles. En recyclant des déchets organiques en protéines, en huile de qualité et en fertilisant organique à haute valeur ajoutée auprès d’industries de proximité, l’industrie des insectes est un modèle d’économie circulaire durable qui profite à tous les acteurs. Et vous, pensez-vous que les insectes reprendront la place qu’ils méritent dans notre système agroalimentaire ?


A propos de l’auteur

Marine, Consultante dans l’équipe Sciences de la Vie d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

Pour continuer à explorer...