La vaccination en pharmacie : tour du monde des facteurs clés de succès pour sa mise en œuvre

Comment les pharmacies pourraient-elles devenir un point clé pour une meilleure immunisation de la population ? Dans différents pays du monde, les pharmacies évoluent, notamment grâce à la digitalisation. Elles sont de plus en plus axées sur les services. La prise en charge des patients à vacciner fait entre autres partie des évolutions constatées. Ainsi, il est désormais possible de se faire vacciner dans les pharmacies de nombreux pays du monde. Pourquoi la vaccination en pharmacie, communément appelée « Pharmacy-Based Immunization » (PBI) en anglais, contribue-t-elle de manière importante à une immunisation plus efficace de la population ? Quelles sont les technologies, les services et les organisations qui peuvent participer à sa mise en œuvre ?

Les pharmaciens sont particulièrement disposés à offrir des services de vaccination et sensibiliser la population

Le recours sous-optimal à la vaccination est un problème mondial important et permanent, en particulier dans la population adulte. Dans les pays occidentaux, les principales raisons de la non-vaccination sont le manque de temps, le manque de sensibilisation et la méfiance à l’égard de la vaccination. Mais plus encore avec l’arrivée des vaccins COVID-19, il sera nécessaire d’augmenter la capacité de vaccination et surtout de trouver des solutions pour rendre la vaccination plus accessible à la population.

Comme les pharmaciens sont les professionnels de santé les plus accessibles du parcours de soin et qu’ils ont la capacité de vacciner la population, les pharmacies sont considérées comme un endroit idéal pour vacciner facilement et rapidement, tout en sensibilisant. En effet, dans les pays où les pharmacies jouent un rôle clé en matière de vaccination, on constate une nette amélioration du taux de vaccination.

Pour le système de santé et les gouvernements, la PBI permettra d’améliorer l’accès à la vaccination, de renforcer l’acculturation et donc d’augmenter la couverture vaccinale. La dette liée au remboursement des frais de santé, véritable fardeau économique se verra également allégée. Pour les pharmaciens, elle générera une source de revenus supplémentaire et augmentera la fréquentation de leurs pharmacies. En outre, elle permet de créer une valeur différenciée et des approches axées sur les solutions. Pour les patients, c’est un nouveau canal de vaccination qui répond à leurs besoins de commodité.

Une réelle évolution peut être observée dans le sens de la mise en œuvre du PBI dans le monde entier. En 2016, les pharmaciens étaient autorisés à administrer des vaccins dans 13 pays, en 2020, ce sont 26 pays qui l’autorisent et soutiennent sa mise en oeuvre. En outre, un nombre important de pays élaborent actuellement des politiques et des modifications réglementaires pour introduire prochainement ce précieux service. Ainsi, de plus en plus de pays sont convaincus de l’intérêt de mettre en place cette pratique dans leur pays.

La contribution du numérique au développement et à l’extension de la vaccination en pharmacie

Initiatives réussies pour faciliter la mise en œuvre de la vaccination en pharmacie

La plupart des pays les plus avancés en matière de vaccination en pharmacie ouvrent également la voie aux meilleures stratégies de mise en œuvre. Ces stratégies s’accompagnent d’outils et d’initiatives qui ont été utilisés pour promouvoir l’introduction de cette pratique. Six types d’outils ou d’actions ont été identifiés dans ce sens :

  • Actions de lobbying– Le numérique permet de démultiplier les efforts incitatifs et les actions de lobbying visant à démontrer la valeur de la vaccination en pharmacie.
  • Formations en ligne – Les formations en ligne, non seulement théoriques mais aussi pratiques, dont certaines pour aider à gérer les doutes des patients sur la vaccination, sont très appréciées des pharmaciens.
  • Outils de communication – La création d’outils de communication pour aider les pharmaciens à accomplir leur mission de sensibilisation de la population, et surtout des patients à risque, semble également essentielle.
  • Des systèmes d’information sur la vaccination interopérables – la mise en place de systèmes d’informations qui soient interopérables est essentielle pour permettre d’avoir accès aux données, et notamment aux registres électroniques de vaccination avec la possibilité d’enregistrer et de partager plus facilement les données et la possibilité d’alerter les patients.
  • Des sites web et des applications en ligne, avec des horaires et des rappels personnalisés pour les patients, pour prendre des rendez-vous, pour recevoir des informations sur les épidémies et pour garder une trace des registres de vaccination.
  • Des outils d’aide à la prise de décision, comme les outils de dépistage des patients pour aider les pharmaciens à reconnaître facilement les patients ciblés par les campagnes de vaccination.

Facteurs clés de succès pour la mise en œuvre de la vaccination en pharmacie

On notera que certains pays sont beaucoup plus avancés que d’autres. Parmi ceux-là, comme l’Australie, le Royaume-Uni, l’Irlande, le Portugal, la Suisse, le Canada et les États-Unis, l’examen de leurs pratiques et systèmes de santé font apparaître différents facteurs clés de succès tels que :

  • La réalisation d’études nationales pour convaincre de l’intérêt de la vaccination en pharmacie
  • Un fort soutien de la part du gouvernement local et du système national de santé
  • La conviction des pharmaciens et de la population en général
  • Une rémunération adéquate pour les pharmaciens
  • L’existence d’un carnet de vaccination
  • L’existence d’outils adéquats et interopérables
  • Une bonne collaboration entre les laboratoires pharmaceutiques, les associations de pharmaciens et les gouvernements nationaux
  • Une stratégie robuste d’approvisionnement en vaccins

Aujourd’hui, il y a encore plusieurs obstacles à surmonter en ce qui concerne le développement de la vaccination en pharmacie. Les laboratoires pharmaceutiques et le système de santé publique peuvent aider à surmonter ces obstacles, qui sont entre autres le manque de soutien national, le manque de cadre économique et réglementaire, le manque de formation adéquate et le manque de bons équipements.

La vaccination en pharmacie ne peut pas encore être considérée comme une routine, étant donné toutes les limites qui existent encore. Mais avec la vaccination contre la COVID-19, nous assisterons certainement à une nette accélération de la mise en œuvre de cette pratique. Il reste à voir quelles entreprises pharmaceutiques réussiront à tirer leur épingle du jeu en proposant des initiatives innovantes aux pharmaciens ou à leurs partenaires !


A propos de l’auteur
Marion, Consultante dans l’équipe Santé d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Pour continuer à explorer...