Médecine personnalisée : les tests moléculaires dans le cancer de la prostate pour optimiser le parcours des patients par Alcimed

Médecine personnalisée : les tests moléculaires dans le cancer de la prostate pour optimiser le parcours des patients

Le cancer de la prostate est le type le plus fréquent chez les hommes et de façon générale la quatrième forme la plus prévalente. Caractérisé par une progression lente, le cancer de la prostate se développe principalement chez les hommes âgés. De façon générale, les traitements du cancer de la prostate incluent la thérapie androgénique, la chimiothérapie, la radiothérapie et la prostatectomie. Cependant, les récents progrès enregistrés avec les tests moléculaires contribuent à l’amélioration du contexte thérapeutique en le rendant plus personnalisé, atteignant le domaine de la médecine personnalisée. Comment les entreprises pharmaceutique peuvent-elles tirer de la valeur des tests moléculaires ?

Tests pronostiques contre tests prédictifs

D’après l’analyse faite par Alcimed, les tests moléculaires pour le cancer de la prostate peuvent être divisés en deux catégories : les tests pronostiques et les tests prédictifs.

  • Un test pronostic fournit des informations sur l’état de la maladie indépendamment du traitement
  • Tandis qu’un test prédictif fournit des informations sur l’effet d’une intervention thérapeutique particulière.

Cependant, il convient toutefois de noter que les biomarqueurs et les tests ont le potentiel de servir à la fois de valeurs pronostique et prédictive. A titre d’exemple : l’imagerie de nouvelle génération comme la tomographie par émission de positons couplée à l’antigène membranaire spécifique de la prostate (PET-PSMA).

Figure 1 : Les tests moléculaires pour le cancer de la prostate peuvent être classés en deux catégories : pronostique et prédictif

 

Impact des tests moléculaires et de la médecine personnalisée dans le cancer de la prostate aux Etats-Unis et en Europe

Depuis son développement en Allemagne il y’a environ 20 ans, le PET-PSMA est largement utilisé pour le cancer de la prostate et maintenant entièrement intégré dans le suivi du patient en Europe. Aux Etats-Unis, le PET-PSMA commence tout juste à prendre de l’ampleur et est l’objet de nombreux essais cliniques.

Grâce à la sensibilité élevée du PET-PSMA, le nombre de patients diagnostiqués avec un cancer de la prostate métastatique a augmenté en Europe et aux Etats-Unis, et par conséquent une nouvelle catégorie de patients avec un cancer de la prostate oligo-métastatiques (petites tumeurs reparties dans tout le corps) est aussi diagnostiquée. À la suite de l’approbation pour la première fois en Septembre 2020 d’un produit associé aux tests génétiques (l’inhibiteur de PARP Rubraca® manufacturé par Clovis Oncology), les Etats-Unis sont en avancent sur l’Europe en ci concerne the tests prédictifs. Cependant, les tests pronostiques en sont encore à leur phase initiale dans ces deux marchés bien que leur utilisation augmente progressivement.

La principale manière par laquelle ces tests moléculaires influencent le suivi thérapeutique du cancer de la prostate est en altérant la progression normale des médicaments de première et deuxième ligne. Au lieu d’une prescription uniquement basée sur des normes d’une cohorte de patients, les tests moléculaires permettent aux médecins d’obtenir des informations spécifiques liées au patient qui leur permettent de développer un plan thérapeutique plus personnalisé dans une approche de médecine personnalisée. Cette aptitude met une emphase sur la nécessité de nouvelles thérapies avec une efficacité prouvée sur des groupes de patients particuliers et par conséquent accentue la valeur des tests moléculaires. Ce feedback positif démontre l’importance des tests moléculaires pour le futur thérapeutique du cancer de la prostate.

Valeur des tests moléculaires pour l’industrie pharmaceutique

Alors que les tests moléculaires prennent de plus en plus d’importance dans le cancer de la prostate, les entreprises biopharmaceutiques réfléchissent sur la meilleure approche pour les intégrer dans leurs plans de développement stratégique. Bien que la valeur réelle et décision de produire ces tests est déterminée par les objectifs de chaque entreprise, Alcimed a défini quatre principales sources de valeur pour des tests moléculaires associés à une ressource particulière :

  1. Améliorer l’efficacité en stratifiant la population de patients.
  2. Accélérer le délai d’approbation en développant de nouveaux critères cliniques.
  3. Offrir une valeur concurrentielle en développant des produits personnalisés et innovants.
  4. Offrir une valeur commerciale en définissant de nouvelles indications ou en augmentant les populations ciblées.

En plus de cette valeur, il existe un risque substantiel pour les entreprises biopharmaceutiques choisissant d’ignorer la tendance croissante des tests moléculaires. Toutes entreprises résolues d’explorer les tests moléculaires et se présentant comme un différentiateur compétitif auront un sérieux avantage sur leurs concurrentes.

Perspectives futures pour les tests moléculaires et la médecine personnalisée dans le cancer de la prostate

Les tests moléculaires pour le cancer de la prostate ne sont pas près de disparaître. Comme ce fut le cas pour le cancer du sein, du poumon, colorectal et de l’ovaire, le feedback positif entre les tests moléculaires et les ressources reposant sur ces tests continuera de favoriser leur utilisation et la production des données axées sur les patients, pour plus de médecine personnalisée. L’impact réel de ce feedback dépendra de la volonté des entreprises pharmaceutiques de le stimuler davantage, explique Andrew Rouff, Chef de Projet chez Alcimed.

« Le cancer de la prostate n’est pas le premier cancer influencé par les tests moléculaires, et non plus le dernier. Le véritable impact des tests moléculaires sur le marché dépendra des entreprises qui sont prêtes à jouer un rôle principal dans la démonstration de leur corrélation avec les résultats cliniques. »

Alcimed continuera de surveiller la façon dont les Etats-Unis et l’UE apprendront les uns des autres en ce qui concerne l’impact de ces tests dans le parcours patient, tout en gardant un œil sur la prochaine catégorie de thérapies qui s’avéreront efficaces en combinaison avec les tests moléculaires de nouvelle génération.


A propos de l’auteur
Danna, Grande Exploratrice en Infectiologie et Immunologie dans l’équipe Santé d’Alcimed aux Etats-Unis

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Pour continuer à explorer...