carbon offsetting projects design - Programme de compensation carbone volontaire

Programme de compensation carbone volontaire : 3 éléments à définir pour une stratégie de neutralité carbone efficace

Alors que le changement climatique s’accélère, les entreprises sont de plus en plus confrontées au défi de réduire leur empreinte carbone. Dans ce cadre, après avoir réduit au maximum leurs émissions, elles pourront utiliser la compensation carbone comme levier supplémentaire pour compenser les émissions de CO2 les plus dures à éliminer. Quels sont les éléments clés à prendre en compte pour définir un programme de compensation carbone volontaire ?

La compensation carbone volontaire : un marché dynamique

Le principe de la compensation carbone volontaire est simple, il consiste à contrebalancer volontairement les émissions de gaz à effet de serre associés à l’activité de l’entreprise en achetant des crédits carbone ou en finançant des projets environnementaux à travers le monde. Un crédit équivaut à 1 tonne de CO2.

Bien que la compensation carbone volontaire ne représente qu’une part limitée de la réduction des émissions de CO2 (moins de 0,3%, soit 98 MtCO2eq contre 33 GtCO2e émis par le secteur de l’énergie en 2018), le marché est dynamique.

  • En volume : 98,4 MtCO2e ont été compensés en 2018 contre 64,5 MtCO2 en 2016, soit une hausse d’environ 53%.
  • En valeur : le marché en 2018 avoisinait 296 millions USD contre 199 millions USD en 2016, soit une augmentation de 33%.

Contrairement aux idées reçues, les compagnies aériennes et les plateformes de réservation hôtelières ne sont pas les seuls acteurs à compenser volontairement leurs émissions. Les acteurs de la distribution, de l’assurance, de l’énergie, de l’industrie et de la haute technologie utilisent également ce mécanisme.

Au cours de la dernière décennie, des acteurs tels que Danone, Michelin, La Poste, Veolia, Schneider Electric, ou encore Firmenich ont investi dans ce sens via des fonds carbone tels que Livelihoods Carbon pour financer des projets d’agroforesterie et d’énergie rurale en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. Plusieurs entreprises comme Microsoft, Danone et HelloFresh ont récemment annoncé leurs intentions d’utiliser la compensation carbone comme l’un des leviers de leur stratégie de « neutralité carbone ».

3 éléments clés pour concevoir un programme de compensation carbone volontaire

Les entreprises souhaitant définir leur programme volontaire de compensation carbone doivent définir 3 éléments clés.

1. Déterminer la portée de la compensation carbone

La portée de la compensation peut être liée à la fabrication ou à l’utilisation des produits/services des entreprises. Dans les deux cas, elles doivent définir si la compensation sera partielle ou intégrale. Toshiba a par exemple choisi de compenser l’ensemble du CO2 émis sur l’ensemble du cycle de vie de ses produits, comprenant la production, le transport, la maintenance et les impressions réalisées avec les imprimantes de la marque. Autre exemple, pour l’achat d’une police d’assurance automobile ou habitation, la compagnie d’assurance Co-op compense  10% des émissions associées à l’utilisation typique d’une voiture ou à la consommation d’énergie domestique au cours de la première année.

2. Définir une offre de compensation carbone

Les entreprises doivent définir une offre de compensation carbone en décidant sur quels produits ou services appliquer le programme de compensation et en y associant un tarif. Une entreprise peut en effet compenser soit l’ensemble de ses produits et services, soit une gamme dédiée. En termes de tarification, la compensation peut être gratuite pour le client (ce qui est généralement le cas lorsque la compensation carbone est liée à la fabrication du produit) ou donner lieu à un coût supplémentaire pour le client. La société de leasing UK Car Line propose par exemple de compenser les émissions de ses véhicules pour un coût additionnel dans le contrat de location.

3. Sélectionner un projet de compensation carbone en lien avec les activités de l’entreprise

Un projet de compensation doit être sélectionné pour compenser les émissions, si possible en lien avec les activités de l’entreprise. Les projets de reboisement et d’investissement dans les énergies renouvelables représentent la majorité des projets (voir tableau). Ces derniers sont en général développés par des acteurs spécialisés tels que le groupe Camco International et CO2balance, mais de nouveaux acteurs émergent. Le réseau public de recharge Electrify America a en effet récemment annoncé la toute première validation d’un projet de compensation carbone associé à des infrastructures de recharge de véhicules électriques. Ces initiatives peuvent également aller au-delà de la compensation carbone en permettant des retombées socio-économiques en termes d’emploi, d’éducation et de conditions de vie. Le « Projet Kariba » au Zimbabwe est l’un des plus grands projets de reboisement enregistré et vise également à améliorer la mobilité, ainsi que l’accès aux soins et a l’éducation des communautés locales.

Programme de compensation carbone volontaire : les projets dans lesquels investir

Marché de la compensation carbone en valeur ($), volume (MtCO2e) et prix moyen de la taxe carbone ($) par tonne de CO2) par type de projet en 2017 et 2018 – Source : Ecosystems Marketplace, Financing Emissions Reductions for the Future, State of the Voluntary Carbon Market 2019

 

La compensation carbone volontaire est un marché dynamique utilisé par une grande variété d’entreprises. Afin de s’assurer de la cohérence et de l’efficacité de leurs programmes, les acteurs souhaitant se lancer dans la compensation volontaire devront définir trois éléments clés : le périmètre de la compensation, l’offre associée et la stratégie tarifaire, ainsi que les projets de compensation associés. La compensation carbone ne doit néanmoins pas se substituer aux efforts de réductions. Pour garantir une trajectoire de décarbonation compatible avec un réchauffement limité à 1.5°C ou 2°C, les acteurs devront intégrer leurs programmes de compensation carbone dans une stratégie plus globale de réduction de leurs émissions.


A propos des auteurs

Axel, Consultant Senior dans l’équipe Energie Environnement Mobilité d’Alcimed en France
Sylvain, Responsable de Mission dans l’équipe Energie Environnement Mobilité d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >