robotique industrielle autonome conseil consulting

Robotique autonome : vers des robots de plus en plus proche de l’humain pour les industriels ?

Depuis le développement des premiers robots dès le début du XXe siècle, les robots se sont améliorés au point d’atteindre des capacités d’actions et d’autonomie proches de celles de l’homme, pour les plus avancés. Ces robots ont une importance grandissante dans les domaines dans lesquels ils sont utilisés, aussi bien pour des applications industrielles, militaires, médicales ou encore pour des usages domestiques ou de divertissement. Alcimed explore dans cet article la question de la robotique autonome et répond à la question suivante : quelles sont les solutions bipèdes et quadrupèdes les plus adaptées à un usage dans l’industrie ?

Robotique industrielle autonome : des robots pour assister l’humain

Depuis les premières solutions robotiques développées au début du XXe siècle, comme le chien électrique de John Hammond et Benjamin Miessner en 1915 ou encore le renard électronique d’Albert Ducrocq en 1953, la robotique a considérablement évolué. Les solutions robotiques sont devenues plus complexes, plus agiles et plus performantes, et se sont imposées dans bon nombre de secteurs, que ce soit le médical, le militaire ou encore l’industrie.

Si le robot peut être amené à remplacer l’homme dans certaines applications industrielles, ce qui pose des questions à la fois éthiques, sociales et économiques qui doivent être prises en compte, l’intérêt principal de leur développement reste de pouvoir assister l’homme dans des situations dangereuses ou pour des actions difficiles à réaliser. Ainsi, les robots industriels ont tout d’abord été développés pour intervenir à la place de l’homme dans des zones dangereuses (ex. nucléaire), des zones peu accessibles (ex. en cas d’incendie), ou encore dans des zones fortement accidentées (ex. en cas de sinistre). L’utilisation des robots dans ce type de situation limite l’exposition de l’homme, et permet de réaliser des missions d’exploration, d’inspection, de maintenance et même de sauvetage sans mise en danger de l’humain. De même, les robots peuvent réaliser des actions pénibles, que ce soit en maniant de lourdes charges ou en réalisant des actions très précises et/ou répétitives.


En savoir plus sur notre expérience en robotique industrielle >


Des robots bipèdes ou quadrupèdes de plus en plus perfectionnés en termes de locomotion et de préhension

Parmi la diversité de robots existants, une branche de la robotique se concentre sur le développement de robots, qu’ils se déplacent sur deux jambes ou quatre pattes, qui s’approchent autant que possible de la locomotion humaine ou animale. Ce type de robot autonome est certainement un des plus complexes à développer car les mouvements de la marche ne sont pas linéaires, et demandent un équilibre dynamique complexe, à la fois gourmand en capacité de calcul et en énergie.

Aujourd’hui, plusieurs dizaines de solutions robotiques bipèdes et quadrupèdes ont été développées et des centaines d’autres sont encore au stade de brevet. Ces robots se déplacent de manière de plus en plus stables et flexibles, notamment les solutions quadrupèdes, même si la rapidité et la flexibilité des déplacements humains ou des animaux sont encore loin d’être atteintes. Leur capacité de préhension, et particulièrement celle des bipèdes, a également connu une forte amélioration, avec la possibilité de manipuler des outils ou des objets du quotidien pour les plus agiles d’entre eux. Cette amélioration les rapprochent d’autant plus de leurs modèles humains et l’utilisation qu’il est possible de faire de ces robots humanoïdes en est décuplée, avec de nombreuses actions pouvant être réalisées par ces robots autonomes, en remplacement ou en complément de l’homme.

Quels robots autonomes semblent les plus avancés aujourd’hui pour un usage industriel ?

Ainsi, de nombreuses solutions robotiques s’approchent grandement de l’homme et de l’animal en termes de capacité de déplacement mais également de capacité d’action. Cependant, pour le secteur industriel, deux robots semblent aujourd’hui se détacher de leurs confrères : deux chiens quadrupèdes, SPOT de l’américain Boston Dynamics et ANYmal développé en Suisse par l’ETH Zurich et par la société ANYbotics. Ces deux robots semblent en effet bien plus adaptés à des usages industriels que les robots bipèdes actuellement développés. SPOT et ANYmal sont capables de se déplacer avec agilité aussi bien en intérieur ou en extérieur, en évitant les obstacles, en montant des escaliers et en ouvrant des portes, et semblent être les plus avancés pour des applications pour l’inspection et la maintenance dans l’industrie.

Les capacités de déplacement et de préhension des robots sont en constante amélioration et les solutions robotiques qui seront amenées à être développées dans les années à venir pourront certainement réaliser un plus grand nombre d’actions et avec une précision accrue. A ces développements s’ajoute également une amélioration de l’autonomie et de l’intelligence artificielle, ce qui va permettre de petit à petit creuser le fossé qui existe toujours entre l’homme et la machine, ce qui ouvrira d’autres possibilités d’usages à ces outils mais également renforcera les débats sur la place de la machine dans les sociétés humaines. Vous vous intéressez à la question de la robotique autonome pour vos propres activités industrielles ? Nous sommes là pour vous accompagner !


À propos de l’auteure,

Margot, Consultante Senior, au sein de l’équipe Energie Environnement Mobilité d’Alcimed en France

Vous avez un projet ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Pour continuer à explorer...