Une alternative face au manque d’efficacité des traitements des maladies neurodégénératives : cibler l’inflammation !