Journal de bord

L’évolution du marché mondial des vaccins : des technologies innovantes aux vaccins thérapeutiques

La demande croissante dans les pays émergents, l’évolution du paysage économique, le développement de nouveaux vaccins et l’apparition de nouvelles technologies pour leur administration transforment le monde des vaccins. Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, fait le point sur l’évolution du marché mondial des vaccins.

Le marché des vaccins est actuellement divisé en deux catégories de producteurs. D’un côté, 4 multinationales contrôlent près de 65% du marché en valeur mais seulement 20% du marché en volume. D’autre part, les producteurs des pays émergents acquièrent de l’importance grâce au développement de nouveaux vaccins à faible coût.

Un marché en forte croissance avec l’apparition de nouveaux vaccins

Le marché du vaccin[1] connaît actuellement une très forte croissance ; d’une valeur de 26 milliards de dollars en 2011[2], il est passé à 32,3 milliards de dollars en 2014[3]. Cette croissance devrait se maintenir, voire s’intensifier dans les années à venir, approchant les 80[4] milliards de dollars en 2025. Plusieurs facteurs expliquent cette croissance :

Croissance de la demande de vaccins de routine dans les pays émergents avec des programmes de vaccination plus importants et plus étendus, entraînant une augmentation des commandes de vaccins par les autorités locales et les organisations non gouvernementales.

En parallèle, la production de vaccins combinés, qui immunisent contre plusieurs maladies en une seule injection, augmente et conduit à la mise sur le marché de nouveaux vaccins, complexes à produire et donc beaucoup plus coûteux que les vaccins actuels.

Dans les années à venir, ces tendances seront complétées par la production de nouveaux vaccins immunisant contre des maladies infectieuses auparavant incurables.

Si Sanofi Pasteur a récemment obtenu l’autorisation de commercialiser son vaccin contre la dengue au Mexique, des vaccins contre des maladies pandémiques comme Ebola sont attendus dans un avenir relativement proche.

Également en cours de développement, un vaccin antigrippal universel, qui permettrait d’immuniser contre toutes les souches du virus de la grippe, pourrait voir le jour d’ici quelques années. Deux équipes distinctes de Janssen Vaccines et de l’American National Institute of Allergy and Infectious Diseases travaillent au développement de ce type de vaccin.

Un paysage économique en mutation : les multinationales ont-elles encore un avenir sur le marché des pays émergents ?

Bien qu’en valeur, le marché reste dominé par 4 producteurs, Merck, Sanofi, GSK et Pfizer, qui représentent ensemble plus de 65%5 du marché, quelques producteurs de pays émergents se font connaître en termes de volumes produits de vaccins. Parmi eux, les producteurs indiens Serum Institute of India et Biological E, respectivement premier et quatrième fournisseurs des pays membres de Gavi, l’Institut Brésilien du Butantan et Bio-Manguinos, ainsi que la CNBG chinoise. Produisant des vaccins à bas prix, dont les coûts continuent de baisser, ces sociétés conquièrent des parts de marché, portées par une recherche autonome dans leur pays et par une volonté de développement sur la scène internationale. Aujourd’hui, elles sont de plus en plus recherchées par les ONG et les gouvernements des pays émergents et des nations nouvellement industrialisées, impactant les prix du marché de manière inquiétante pour les leaders européens et américains.

En effet, outre la baisse des coûts salariaux dans les pays émergents, les différences technologiques et réglementaires qui existent entre ces deux groupes de producteurs créent des écarts de prix importants. D’un point de vue technologique, les entreprises des pays émergents produisent leurs vaccins en utilisant des méthodes moins innovantes et moins coûteuses. En outre, les contraintes réglementaires plus strictes imposées par l’Europe et les États-Unis entraînent également des coûts supplémentaires.

« Face à cette tendance, les producteurs des pays occidentaux revoient leur positionnement stratégique. Ainsi, des sociétés comme Janssen Vaccines et Pfizer cherchent maintenant à se recentrer sur la production de nouveaux vaccins. On peut donc se poser la question de l’avenir de ces grands groupes pharmaceutiques sur les marchés des pays émergents. Les multinationales vont-elles recentrer leurs activités sur le développement de vaccins à forte valeur ajoutée et abandonner les marchés émergents au profit des entreprises locales? »,  s’interroge Aurélie Malécot-Chabanel, Alcimed

Des technologies toujours plus innovantes au service de la sécurité et du bien-être des patients

Parallèlement au développement de nouveaux vaccins, un certain nombre de technologies d’administration innovantes sont en cours de développement ou de perfectionnement. Ces innovations sont motivées par la recherche de moyens d’administration plus sûrs, plus efficaces et moins douloureux.

Parmi les technologies innovantes aujourd’hui commercialisées, les systèmes d’injection unique avec seringue autobloquante ont été conçus pour limiter les problèmes de réutilisation des aiguilles dans les pays en développement. L’efficacité et les économies potentielles des antigènes offerts par l’injection par voie intradermique ont également conduit à la commercialisation de seringues à micro-aiguilles. En utilisant une aiguille beaucoup plus courte qu’une seringue conventionnelle, cette technologie simplifie l’injection intradermique. De plus, des patchs comprenant un ensemble de micro-aiguilles également utilisées pour l’injection intradermique sont en cours de développement.

Simultanément, la peur des aiguilles et la douleur associée aux injections ont stimulé le développement de diverses technologies alternatives. L’injection sans aiguille est la première à être disponible. Commercialisée par PharmaJet, elle élimine tous les problèmes de sécurité associés aux aiguilles en propulsant le vaccin sous la peau à l’aide d’un système à pression de gaz ou d’air. Cependant, elle est actuellement très douloureuse et relativement imprécise en ce qui concerne les quantités administrées. Suite à la vague de l’injection sans aiguille, d’autres technologies sont en cours de développement. Il s’agit notamment des patchs transdermiques qui font actuellement l’objet d’essais cliniques, ou des crèmes et pilules, qui en sont actuellement aux premiers stades de la recherche.

La recherche se concentre également sur une meilleure compréhension et une meilleure thermostabilité des vaccins, mais en changeant leur formulation, permettant ainsi d’explorer de nouvelles voies de transport en permettant aux produits de quitter la chaîne du froid pendant le processus de distribution.

Vers des vaccins thérapeutiques

Bien que les vaccins aient toujours été destinés à prévenir les maladies, une nouvelle forme de vaccin a récemment fait son apparition : les vaccins thérapeutiques. Leur but est de traiter les patients déjà affectés par la maladie.

Les vaccins thérapeutiques représentent actuellement un très petit marché, limité aux vaccins contre les cancers de la peau, de la prostate et de la vessie, et quelques vaccins contre les allergies au pollen. Cependant, une grande partie du portefeuille de vaccins concerne des vaccins thérapeutiques[5][6]. Avec une croissance attendue supérieure à celle des vaccins prophylactiques, les vaccins thérapeutiques pourraient fortement impacter le marché de demain.

On estime en effet que le marché des vaccins thérapeutiques atteindra 4,82 milliards de dollars en 2020, avec une croissance annuelle de 33,6%[7], et prendra une ampleur vraiment conséquente dans les 10-15 années à venir. Les principaux vaccins en cours de développement sont destinés au traitement du cancer: cancers du sein, de l’ovaire et du pancréas, pour n’en citer que quelques-uns. Parallèlement, plusieurs essais sont en cours pour développer des vaccins contre des maladies telles que le sida et la maladie d’Alzheimer, ou pour combattre certaines allergies, comme les acariens.

« Cependant, une expertise purement vaccinale n’est pas suffisante pour développer ces vaccins thérapeutiques. A terme, cela devrait permettre à de nouvelles entreprises de prendre leur place dans le secteur, modifiant ainsi le paysage économique actuel « , explique Anne-Charlotte Pupin, directrice de projet chez Alcimed.

[1] Fait référence aux vaccins prophylactiques, aux vaccins préventifs, par opposition aux vaccins thérapeutiques à effet curatif.
[2]https://www.statista.com/statistics/279805/development-of-global-pharmaceutical-and-vaccine-markets/
[3]https://www.marketsandmarkets.com/Market-Reports/vaccine-technologies-market-1155.html
[4] Estimation d’Alcimed
[5]
FierceVaccines
[6] Medtrack
[7] Global Therapeutic Vaccines Market Growth, Trends & Forecast 2015 – 2020 – Mordor intelligence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *