Journal de bord

Plus qu’un simple messager. Le potentiel secret des ARN thérapeutiques dans la lutte contre le cancer et les maladies respiratoires

Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, présente un aperçu du potentiel futur des thérapies à base d’ARN messager (ARNm) pour répondre aux besoins non satisfaits.

Les approches thérapeutiques actuelles présentent des inconvénients et des défis. Les thérapies médicales ont beaucoup progressé au cours des dernières décennies de recherche et beaucoup se sont révélées efficaces pour combattre les maladies et améliorer la qualité de vie. L’utilisation d’anticorps, de facteurs de croissance et de nombreux autres médicaments biomédicaux complexes ne sont que quelques exemples de la médecine moderne. Bien que ces thérapies conventionnelles soient souvent salvatrices, elles ont souvent des effets secondaires importants.

Une nouvelle classe de médicaments avec de grandes perspectives d’avenir

L’idée d’approches thérapeutiques basées sur l’ARNm semble assez simple et directe: si un patient est incapable de produire une protéine spécifique par lui-même, ou une version défaillante de celle-ci, les spécialistes peuvent injecter aux cellules du patient l’ARNm qui code la protéine souhaitée en remplacement.

Le principal avantage des approches thérapeutiques basées sur l’ARN messager (ARNm) est la haute spécificité de sa cible, la production rentable, le tout en minimisant les effets secondaires et la toxicité. Par rapport à la stratégie consistant à éditer directement au niveau du gène du patient ou à utiliser des protéines recombinantes produites par des bactéries, l’injection de molécules uniques d’ARNm avant que celle-ci ne produise la protéine choisie est considérée moins dangereuse et est mieux tolérée par le patient. Plus important encore, l’ARNm peut être spécifiquement modifié afin que cette molécule pénètre dans n’importe quelle cellule du corps humain et remplace presque toute protéine donnée. Avec les avantages que cela comporte, certains défis doivent encore être surmontés, tels que l’identification (i) de la voie d’administration la plus appropriée dans les bons types de cellules, (ii) des modifications spécifiques pour éviter des réactions immunitaires dangereuses et (iii) de formules spécifiques pour protéger l’ARNm de sa dégradation.

L’utilisation de l’ARNm à des fins thérapeutiques fait l’objet d’études depuis le début des années 1990 et est récemment revenue au premier plan en tant que nouvelle classe potentielle de médicaments pour fournir de l’information génétique. L’ARNm peut être synthétiquement conçu sur mesure par transcription in vitro et représente une nouvelle plateforme pour développer des approches thérapeutiques efficaces et précises, aussi bien pour les vaccins thérapeutiques que prophylactiques.

« Si le développement clinique est un succès, la demande de traitements à base d’ARN messager pourrait rapidement augmenter à l’avenir et les entreprises actives dans ce domaine pourraient viser une production annuelle de plusieurs centaines de grammes et plus« , Dr Volker Bischoff.

De nombreux ARNm thérapeutiques se concentrent actuellement sur l’oncologie

Les traitements par ARNm ciblent souvent les patients dans le domaine de l’oncologie, où le traitement contre le cancer est très spécifique à chaque patient et nécessite une thérapie génique individuelle. Des vaccins thérapeutiques contre le cancer avec de nombreuses cibles ont été mis au point et beaucoup d’autres sont à venir, sans compter les premiers essais cliniques potentiellement sur la voie de la phase III, avec une orientation oncologique claire dans le cancer de la prostate et les mélanomes avancés (actuellement ~13 essais cliniques en cours pour des indications oncologiques).

Outre le vaste domaine de l’oncologie, les approches thérapeutiques basées sur l’ARNm ont un grand potentiel dans la lutte contre les maladies respiratoires. Pour les patients atteints de mucoviscidose par exemple, les thérapies existantes ne sont pas en mesure de répondre aux besoins médicaux actuels non satisfaits. L’ARNm qui transcrit pour la version « saine » du CFTR (Cystic Fibrosis Transmembrane Conductance Regulator), une protéine qui est défectueuse chez les patients atteints de mucoviscidose, peut être utilisée via nébulisation dans les poumons du patient pour son incorporation directe dans les cellules du poumon. En particulier dans le cas de la mucoviscidose, certains patients ne peuvent pas être traités correctement avec une des thérapies existantes, ce qui rend l’approche thérapeutique basée sur l’ARNm un moyen indispensable pour le traitement.

« Le domaine de l’oncologie représente actuellement le domaine le plus avancé pour les thérapies par ARN messager avec des vaccins thérapeutiques en développement clinique dans diverses maladies oncologiques« , Dr Volker Bischoff.

Les grands acteurs de l’ARNm

Les thérapies à base d’ARNm ont connu un développement exceptionnel et ont donc récemment suscité beaucoup d’enthousiasme. Lorsque l’on regarde les acteurs mondiaux de la recherche clinique sur l’ARNm, trois acteurs majeurs viennent à l’esprit : les deux sociétés allemandes CureVac (Tubingue) et BioNTech (Mayence) ainsi que Moderna Therapeutics (Cambridge, MA) aux Etats-Unis.

Le financement remarquable obtenu grâce à divers investisseurs bien connus comme la Fondation Bill & Melinda Gates et plusieurs grandes sociétés pharmaceutiques du monde entier ont permis de recueillir plusieurs centaines de millions de dollars pour la recherche en ARNm, sans compter le milliard de dollars qui a été alloué uniquement à Moderna Therapeutics.

« Avec Moderna (USA), CureVac et BioNTech (tous deux allemands), trois acteurs clés dirigent le développement de traitements par ARNm, stimulent l’innovation et ont obtenu un financement important pour développer davantage leurs activités de recherche » Dr Volker Bischoff.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *