Journal de bord

Recyclage des Smartphones : Une filière d’excellence en devenir

Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, fait le point sur le marché du recyclage des Smartphones.

En France, nous changeons de téléphone portable tous les deux ans. Or ceux-ci ont des impacts importants sur l’environnement. Plutôt que de conserver nos vieux Smarphones dans nos tiroirs, des solutions existent pour leur donner une seconde vie. Alcimed fait le point sur la manière dont la filière de valorisation des Smartphones se met progressivement en place.

Le marché des Smartphones arrive à saturation

Les Smartphones sont une véritable révolution. En seulement 10 ans, ils ont pris une place considérable dans nos vies, et sont devenus des objets phares de notre quotidien :

  • – 85% des téléphones vendus sont des Smartphones
  • – Plus de 7 milliards de Smartphones se sont vendus dans le monde depuis la sortie du premier IPhone en 2007[1]

Après des années de croissance, les ventes ont baissé en 2017 pour la première fois, avec un recul de 5% en un an du marché chinois – qui représente quasiment le tiers des volumes mondiaux. En cause : le rythme de remplacement des Smartphones qui ralentit, et des prix toujours très élevés. Le déclin progressif des ventes de tablettes, et l’arrivée sur le marché de la 5G et de nouvelles innovations technologiques (réalité virtuelle, réalité augmentée, intelligence artificielle, etc.), devraient néanmoins créer une nouvelle dynamique et permettre une hausse des ventes à partir de 2019, pour atteindre les 1.68 milliards de Smartphones vendus en 2020[2].

Cependant, cette hausse des ventes risque de s’accompagner d’un impact environnemental toujours plus important du Smartphone.

1. Evolution des ventes de smartphones dans le monde (Source : Gartner)

Un téléphone pas si « smart » pour l’environnement

Le Smartphone a une empreinte écologique très élevée. D’après France Nature Environnement, « C’est une véritable mine de matières premières : on dénombre près de 70 matériaux dans un Smartphone (voir schéma 2), et il faut mobiliser 70kg de matières premières pour en produire, utiliser, et recycler un seul ».

Des solutions permettant de réduire les impacts environnementaux de son Smartphone existent-elles ?


2 : De quoi est composé votre Smartphone? Source : France Nature Environnement & ISF SystEx

La filière de valorisation des Smartphones commence à s’organiser

Les Smartphones pourraient avoir une seconde vie. Pour l’instant, la solution tient en un seul mot : la valorisation. Deux techniques sont disponibles : le reconditionnement et le recyclage.

  • – Le reconditionnement du Smartphone signifie sa remise en état : il est remis sur le marché après remplacement de la pièce défectueuse, et son prix de revente dépend de son état d’usure. D’après GFK, 10% des 20 millions de Smartphones vendus en France en 2016 ont été reconditionnés.[3]
  • – Le recyclage s’applique aux téléphones qui sont trop endommagés pour être reconditionnés. Ils sont alors cédés à des entreprises spécialisées dans le recyclage des composants électroniques et matériaux les plus précieux. On estime que seulement 5% des Smartphones vendus en 2016 ont été recyclés. Or 85% d’un Smartphone sont recyclables. Et pour 10,000 unités recyclées, environ 80kg de cuivre, 130g d’or, et 700g d’argent peuvent être récupérés.

Le contexte règlementaire existe : les métaux rares et précieux doivent être traités conformément aux conventions internationales et règlementations nationales. La directive Européenne 2012/19/UE du 4 juillet 2012 vise à rendre obligatoire la valorisation de ces déchets. Mais en pratique, la plupart des vieux appareils finissent à la poubelle, et près de 30 millions de Smartphones dorment dans nos tiroirs.[4]

Progressivement, les filières du marché de reconditionnement et du recyclage se développent. Au niveau mondial, selon IDC, entre 2015 et 2020, le marché des Smartphones reconditionnés passera de 81 millions à 223 millions d’appareils, ce qui correspond à un taux de croissance annuel moyen de 22%. Par ailleurs, la valorisation des Smartphones est source d’emplois – et notamment de techniciens, car « contrairement à la fabrication du produit d’origine, l’activité de reconditionnement des produits créerait des emplois directement dans le pays ».[5]

Ainsi, la valorisation des Smartphones constitue indéniablement, sous réserve d’une amplification de leur collecte, une opportunité de création d’une filière d’excellence. « Cette filière de recyclage n’aura de cesse de se réinventer à l’avenir, en fonction de l’évolution des Smartphones, ceux-ci étant probablement amenés à être plus flexibles, plus légers, dotés d’assistants vocaux et virtuels augmentés, d’écrans projetés sur la rétine… Et pourquoi ne pas même imaginer dans quelques années le déclin du Smartphone au profit d’une autre forme d’intelligence ? »  conclut Jakub Rams, manager en Energie, Environnement et Mobilité chez Alcimed.

[1] http://www.servicesmobiles.fr/20-chiffres-sur-le-marche-mobile-a-connaitre-en-2018-38749/
[2] http://www.vipress.net/marche-des-smartphones-pas-de-croissance-avant-2019-et-les-premiers-modeles-5g/
[3] https://www.lesnumeriques.com/telephone-portable/1-9-million-smartphones-reconditionnes-vendus-en-france-en-2016-n66459.html
[4] https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-impacts-smartphone.pdf
[5] http://www.senat.fr/rap/r15-850/r15-850_mono.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *