Quel avenir pour la télésurveillance médicale dans l’après-Covid ?

La crise sanitaire liée au COVID-19 a beaucoup fait parler de la télémédecine, notamment avec l’explosion du nombre de téléconsultations pendant le premier confinement en France. Pour rappel, la télémédecine est constituée de cinq actes règlementaires : téléconsultation, télé-expertise, télésurveillance, téléassistance et régulation médicale. La télésurveillance médicale (aussi appelée télésuivi médical) en particulier mériterait plus d’attention car elle se présente aujourd’hui comme une solution prometteuse pour le système de santé français, en termes d’efficacité et pour la qualité des soins dispensés. Qu’est-ce que la télésurveillance médicale ? Quel est son rôle potentiel ? Quels sont les enseignements à tirer de la crise COVID ? Alcimed répond à ces interrogations dans cet article !

Télésurveillance médicale: un outil prometteur pour le suivi des maladies chroniques

Le télésuivi médical, tel que défini dans le code de la santé publique, permet au professionnel médical de suivre et d’interpréter à distance les données de santé du patient (comme sa glycémie, sa fréquence cardiaque ou l’évolution de ses symptômes). Ces données peuvent être recueillies de façon automatique, grâce à un dispositif médical connecté comme un lecteur glycémique ou un pacemaker ; ou par le patient lui-même, qui renseigne ses constantes cliniques ou répond à des questionnaires.

Pratiquée depuis une dizaine d’années dans certains domaines thérapeutiques, comme la cardiologie ou l’oncologie, le télésuivi médical est aujourd’hui particulièrement prometteur dans le domaine des pathologies chroniques. En effet, le phénomène de vieillissement de la population, et l’essor des maladies chroniques qui en est la conséquence directe, impose au système de santé une mutation nécessaire vers une organisation des soins adaptée au suivi chronique. Le télésuivi en particulier s’inscrirait sur le long-terme comme instrument clé pour optimiser le suivi de ces patients chroniques.

Elle permettrait notamment d’améliorer l’efficacité du parcours patient et leur qualité de vie, grâce à :

  • Une meilleure prévention des complications liées à ces maladies chroniques, et donc une réduction des hospitalisations et soins d’urgence ;
  • Une coordination renforcée des professionnels de santé autour du patient, entre ville et hôpital, mais également entre médecins généralistes et spécialistes ;
  • Une connaissance approfondie de sa maladie et un meilleur engagement du patient dans son suivi ;
  • Des soins plus pertinents pour le patient, basés sur des données de suivi plus précises.

Dans ce contexte, la crise sanitaire liée au COVID-19 a fortement accéléré l’évolution des pratiques vers davantage de digitalisation, qui se présente alors comme levier d’action majeur pour accompagner cette mutation.


En savoir plus sur les enjeux de la E-santé >


Crise sanitaire COVID-19 : un coup de boost pour la télésurveillance médicale

Si la télésurveillance médicale se démocratise, la crise sanitaire a permis d’en accélérer la valorisation et l’adoption. Le confinement en particulier a renforcé la prise de conscience des enjeux de la télésurveillance dans le suivi continu des maladies chroniques et accéléré la prise en main de ses outils par les professionnels de santé et les patients. Ainsi, la Direction Générale de l’Offre des Soins (DGOS) a constaté une augmentation notable du nombre de patients chroniques télésurveillés dans le cadre du programme ETAPES (Expérimentations de Télémédecine pour l’Amélioration des Parcours En Santé). Aujourd’hui, plus de 85 000 patients chroniques sont télésurveillés dans le cadre de ce programme, contre 21 000 en mai 2019. Ceci a été notamment facilité par les deux dérogations, accordées en mars et mai 2020 par le Ministère des Solidarités et de la Santé en réponse à la crise sanitaire, qui ont permis d’étendre les critères d’éligibilité à ETAPES des patients atteints d’insuffisance cardiaque ou de diabète.

Par ailleurs, les bénéfices de la télésurveillance médicale ont également été fortement mis en exergue par une utilisation spécifique dans le contexte de la crise sanitaire. En effet, des dispositifs uniques de télésurveillance ont été mis en place pour assurer le suivi à domicile des patients infectés (ou suspectés) par le virus. En particulier, la plateforme COVIDOM – développée par Nouvéal e-santé avec l’AP-HP – a été utilisée par les équipes hospitalières et les médecins généralistes en France pour suivre l’évolution des symptômes de leurs patients à domicile, à travers le remplissage d’auto-questionnaires quotidiens. Cette solution s’est révélée grandement utile pour désengorger les hôpitaux, facilitant ainsi la prise en charge prioritaire des patients sévères. Elle a également démontré sa capacité à renforcer la coopération ville-hôpital et l’engagement du patient dans son suivi, qui sont aujourd’hui des facteurs clés d’amélioration des soins.

Si la télésurveillance médicale a été fortement boostée pendant la période de crise COVID, elle s’inscrit surtout dans le long-terme comme instrument clé pour accompagner l’évolution du système de santé vers une meilleure efficience de la prise en charge des pathologies chroniques. Elle permettrait en particulier de rendre le parcours patient plus efficace (avec moins de complications chroniques et plus de coordination dans le suivi) et d’améliorer la qualité de vie des patients chroniques.

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du télésuivi médical et la e-santé ? Alcimed vous accompagne, entre autres, dans vos projets de scouting de technologies et d’amélioration de parcours patient !


A propos de l’auteur

Chloé, Consultante dans l’équipe Santé d’Alcimed en France

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Pour continuer à explorer...