Journal de bord

cannabis-therapeutic-cannabidiol-CBD

Le marché du cannabis thérapeutique en Suisse

Les grand-mères sont en train de remplacer leurs thés et infusions relaxantes par des huiles ou des crèmes au CBD, créant un marché très dynamique chez les personnes âgées en Suisse.

Alcimed, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, a exploré le marché suisse du cannabis thérapeutique (CBD pour cannabidiol) et fait le point sur ce nouveau marché en cours de consolidation et de maturation.

Une histoire très riche

Le cannabis a une histoire aussi riche et longue que le nombre de variétés qui le compose. L’une d’entre elles, le chanvre, est l’une des plus anciennes variétés utilisées aussi bien dans l’agriculture que pour l’ornement. Son utilisation n’est cependant pas limitée à ces domaines-ci, la plante a en effet une très forte côte de popularité pour ses propriétés psychoactives, attirant chaque année de nouveaux adeptes. L’utilisation illégale du cannabis concerne environ 3% de la population, selon l’office fédérale de la santé [1]. Les propriétés psychoactives de la plante ne représentent cependant que la partie émergée de l’iceberg, ses effets thérapeutiques bénéfiques pour la santé étant de plus en plus reconnus par les spécialistes.

Des substances autorisées mais régulées

Plus de 110 substances actives, ou cannabinoïdes, ont été recensées jusqu’à maintenant dans la plante de cannabis. Les plus connues sont le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD), deux substances aux propriétés bien différentes. L’addictif THC est connu pour ses propriétés psychoactives, alors que le CBD ne semble pas en posséder et n’est pas considéré comme addictif. Malgré l’autorisation de consommer du cannabis à des fins médicales depuis 2008, l’utilisation du THC est toujours fortement contrôlée compte tenu de ses propriétés qui attirent les jeunes en quête de « déconnexion ». La culture ainsi que la vente sont toujours considérées comme des activités illégales.

En 2011, la confédération suisse et Swiss Narcotics ont agi conjointement pour supprimer le CBD et les produits contenant moins de 1% de THC de la loi sur les stupéfiants. Cependant, ce n’est qu’en 2016 que le marché du CBD a littéralement explosé en Suisse, le nombre de producteurs de cannabis passant de seulement 5 en 2016 à plus de 670 en 2019. Aujourd’hui, les produits à base de CBD se retrouvent partout, des kiosques aux supermarchés en passant par les pharmacies. Toutefois, l’augmentation du nombre de producteurs de cannabis licite (<1% de THC) a eu pour effet de faire baisser le prix du produit brut : le prix du kilo de CBD étant tombé à environ 1 500 CHF contre 6 000 CHF en 2017. Cela témoigne d’une consolidation du marché, les petits acteurs étant absorbés par les plus gros. Tout récemment, Emmac Life Sciences, une société européenne de cannabis médical qui dit «travailler pour devenir un leader du secteur», a racheté la jeune société suisse basée à Lausanne, Blossom, deux ans après sa fondation [2].

Le boom de la consommation du CDB a également été bénéfique à la Confédération Suisse, les plantes destinées à être fumées étant taxées car considérée comme faisant partie intégrante de l’industrie du tabac. Les recettes perçues par la taxe sur le tabac des substituts de cannabis ont ainsi généré 13,1 millions de CHF en 2017 et 15,1 en 2018, le bureau Suisse des contributions prévoyant une valeur similaire en 2019 [3]. Le marché du cannabis a beau stagner, il est loin d’être négligeable et pèse actuellement environ 60 millions de CHF.

De la relaxation à la médication

La démocratisation du CDB a eu pour conséquence de mettre en lumière ses vertus médicinales. Ce dernier aurait en effet des effets analgésiques, antioxydants, anti-inflammatoires, antiémétiques, anxiolytiques, antidépresseurs et antipsychotiques. En 2018, Epidiolex, le premier médicament contenant du CBD comme principe actif, a été approuvé par la Food and Drug Administration des États-Unis pour le traitement de certaines formes d’épilepsie.

Il est désormais facile de trouver des produits contenant de fortes concentrations de CBD sur le marché. Cela comprend principalement des huiles, des teintures, mais aussi des gélules, des crèmes, divers produits alimentaires et même des suppositoires. Selon une enquête conduite en 2018 par l’agence Addiction Suisse, pas moins de 35% des utilisateurs de CBD traitent un symptôme ou une affection médicale, et 55% cherchent simplement à améliorer leur bien-être général. Bien que ce dernier groupe préfère fumer du CBD, les utilisateurs des produits thérapeutiques le consomment principalement sous forme d’huiles, achetées dans des magasins spécialisés ou en ligne. Il est intéressant de noter que certains magasins spécialisés affirment que 60% de leurs clients sont des personnes âgées à la recherche de moyens alternatifs pour réduire la douleur et améliorer leur sommeil, voire remplacer leurs médicaments actuels par des produits plus naturels.

Même si l’Organisation mondiale de la santé estime que le cannabidiol est sans danger et ne pose pas de risque pour la santé publique ni de risque d’abus [4], il reste encore du chemin à parcourir d’un point de vue médical car les médecins restent sceptiques. Hormis pour certaines formes d’épilepsie, on manque de données cliniques solides, la plupart des preuves provenant d’observations empiriques, variant énormément. De plus, certaines études sur les animaux ont montré que le CBD pouvait influencer les concentrations d’autres médicaments dans le sang en raison de ses effets sur l’activité du foie [5].

Pour le moment, le marché croissant du CBD manque de réglementation spécifique : les produits médicaux sont fortement réglementés, tandis que les produits en vente libre notamment dans les magasins spécialisés et en ligne, se trouvent actuellement dans une zone grise réglementaire. Cela conduit à une utilisation médicale non autorisée qui pourrait potentiellement engendrer des problèmes médicaux supplémentaires. Nous sommes loin de l’époque où le cannabis était acheté par des jeunes aux cheveux longs dans de sombres ruelles.. Aujourd’hui, les personnes âgées sont les principaux clients et la seule chose qu’elles essaient de soulager à l’aide du cannabis, ce sont leurs douleurs au dos..

[1] Federal Office of Public Health
[2] https://www.emmac.com/announcing-acquisition-of-leading-swiss-wellness-cbd-company-blossom/
[3] Federal Department of Finance
[4] World Health organization
[5] Ewing, L.E.; Skinner, C.M.; Quick, C.M.; Kennon-McGill, S.; McGill, M.R.; Walker, L.A.; ElSohly, M.A.; Gurley, B.J.; Koturbash, I. Hepatotoxicity of a Cannabidiol-Rich Cannabis Extract in the Mouse Model. Molecules 2019, 24, 1694.

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *