Le challenge des déchets plastiques en Asie du Sud-Est : 3 efforts actuels menés par des pays de l'ASEAN pour lutter contre la pollution plastique par Alcimed

Le challenge des déchets plastiques en Asie du Sud-Est : 3 efforts actuels menés par des pays de l’ASEAN pour lutter contre la pollution plastique

L’Asie du Sud-Est (ASE) connaît une croissance rapide, ce qui a un impact sur la population, l’environnement et l’économie. Tout cela amène les entités publiques et privées à s’orienter vers des modèles économiques qui favorisent la durabilité – y compris la réduction des déchets plastiques. En effet, environ huit millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans les océans chaque année, et plus de la moitié de ces déchets proviennent de cinq pays d’Asie, dont quatre de la région Asie du Sud-Est. Dans cet article, Alcimed met en lumière trois efforts actuels des pays de l’ASEAN pour relever le défi des déchets plastiques.

1. S’attaquer aux déchets plastiques en réduisant les plastiques à usage unique dans le commerce

Environ 60 % des récipients en plastique à usage unique produits finissent dans l’écosystème marin, ce qui encourage leur réglementation.

Interdire les sacs en plastique

L’Indonésie a lancé une interdiction des sacs en plastique à Banjarmasin en 2016, qui s’est étendue à Jakarta en 20203. La Thaïlande a également instauré une interdiction des sacs plastiques à usage unique dans tous les grands magasins au début de l’année 20204. De même, les secteurs du F&B et du retail sont également actifs dans la réduction des déchets plastiques. Par exemple, Starbucks Thaïlande a remplacé les pailles en plastique par des pailles en papier et offre des réductions aux clients qui apportent leurs propres gobelets suite à l’initiative du gouvernement.

Promouvoir l’achat en vrac

Une initiative émergente dans le retail est la croissance des boutiques de recharge où les clients peuvent acheter des produits au poids. En 2019, Unilever Philippines a piloté sa première station de recharge dans trois centres commerciaux Ayala Malls. La station de recharge est disponible pour ses marques de soins capillaires, et les clients peuvent apporter de vieilles bouteilles pour les recharger ou pour qu’Unilever Philippines les recycle.

Utiliser des récipients réutilisables en F&B

Une autre initiative innovante est celle de la startup singapourienne MUUSE, qui fournit aux restaurants et aux cafés des récipients réutilisables et consignés pour les plats à emporter. L’application de MUUSE permet aux clients d’identifier les partenaires F&B partenaires. Lorsqu’ils achètent un produit à emporter, les clients scannent un QR code pour « emprunter » le récipient réutilisable, qu’ils peuvent ensuite retourner dans n’importe quel établissement partenaire, où MUUSE se charge de la collecte et de la désinfection.

2. S’attaquer aux déchets plastiques en soutenant l’innovation pour des bioplastiques sûrs et durables

Comme le monde évolue vers des modèles durables, les industries envisagent des alternatives aux plastiques traditionnels. Les bioplastiques étant un ajout récent au portefeuille de polymères, leur non-toxicité et leur caractère écologique ont suscité l’intérêt de divers acteurs. Selon les prévisions, la capacité de production du marché des bioplastiques devrait augmenter d’environ 45 % en Asie.

Dans la région, la Thaïlande s’est présentée comme une plaque tournante des bioplastiques. Le Thailand Board of Investment (BOI) a ainsi approuvé 15 projets de production de bioplastiques au cours des quatre dernières années. En outre, la Thaïlande étant l’un des principaux producteurs et exportateurs de produits agricoles, elle dispose d’un solide approvisionnement en matières premières. Le manioc, l’un des principaux produits d’exportation de la Thaïlande, est l’un des matériaux de base que le pays envisage pour la production de bioplastiques.

L’Indonésie, deuxième producteur mondial d’algues, développe les algues pour le bioplastique. Le gouvernement local de Nusa Lembongan distribue à chaque agriculteur 0,2 hectare de terre pour la culture des algues. Les fermes d’algues pourraient servir de puits de carbone et être récoltées ultérieurement pour produire du bioplastique. En Indonésie, des entreprises locales et des start-ups utilisent les algues pour créer des emballages alimentaires comestibles et des sacs en bioplastique.

Outre les algues, l’une des principales cultures d’Indonésie est le manioc, que les jeunes entreprises locales ont activement transformé en sacs et en pailles. Cet intérêt pour les bioplastiques s’inscrit dans le cadre des objectifs des pays de l’ASEAN visant à éliminer, à terme, l’utilisation de plastiques non recyclables. Le Vietnam, par exemple, vise à remplacer les plastiques jetables traditionnels par des matériaux biodégradables dans tout le pays d’ici 2025, ce qui incite les entreprises locales à se concentrer sur les produits biodégradables tels que les bioplastiques.,

3. S’attaquer aux déchets plastiques en réutilisant le plastique pour une économie circulaire

L’un des principaux problèmes concernant les déchets plastiques dans les pays de l’ASEAN est leur élimination inappropriée. Les Philippines ont un taux de collecte des déchets relativement élevé parmi les pays de l’ASEAN (le plus élevé à Manille étant de 85 %), mais l’élimination inappropriée fait du pays le troisième pollueur de déchets plastiques au monde. On estime qu’avec un traitement approprié des déchets, une collecte et une réutilisation, les fuites de plastique pourraient être réduites de 22 % dans l’ensemble de l’ASEAN.

Au Vietnam, le projet « Zero Waste City » a été lancé pour augmenter la collecte des déchets, les taux de réutilisation et le développement d’entreprises dans les besoins non satisfaits le long de la chaîne de valeur des déchets. Des startups et des entreprises adoptent également l’économie circulaire pour le réemploi des déchets plastiques. Fondée en 2017, la startup néerlandaise de recyclage du plastique Upp ! a étendu ses activités au Vietnam pour soutenir les autorités et les entreprises locales dans la réutilisation des déchets plastiques en produits. Par exemple, leur partenariat avec TCC Group à Pu Quoc a mis en place une usine pour transformer les déchets plastiques en matériau de terrasse et en mobilier de plage. Coca Cola Amatil Indonesia s’est également associé à Dynapack Asia pour mener une étude de faisabilité sur le développement d’une usine de recyclage du plastique afin de réduire la consommation de nouvelles résines plastiques. En utilisant du plastique recyclé, Coca Cola Amatil Indonesia a révélé qu’environ 25 000 tonnes de nouvelles résines plastiques pourraient être réduites chaque année, ce qui pourrait constituer une étape importante dans la réalisation des objectifs de durabilité de l’entreprise et du pays.

Alors que les pays de l’ASEAN s’orientent vers des modèles plus durables pour lutter contre les déchets plastiques, de nombreuses opportunités se présentent tout au long de la chaîne de valeur. De la reconception et de l’utilisation du plastique traditionnel à usage unique aux bioplastiques innovants et, en aval, aux nouvelles entreprises qui réintègrent la boucle dans une économie circulaire, les possibilités sont vastes et encourageantes, et Alcimed est prêt à les exploiter !


A propos des auteurs

Tara, Consultante, et Bettina, Directrice d’Alcimed en Asie-Pacifique

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

Pour continuer à explorer...