Thérapie génique

L’équipe Santé d’Alcimed explore depuis plus de 25 ans le domaine des thérapies géniques, et accompagne ses clients dans leurs projets d’innovation et de développement autour des médicaments de thérapie génique : de la recherche au développement pharmaceutique, jusqu’à leur mise sur le marché.

Alcimed : conseil en innovation marché thérapie génique santé pharmaceutique biotech

Les enjeux liés à la thérapie génique et aux médicaments de thérapie génique

  • Qu’est-ce qu’une thérapie génique et qu’est-ce qu’un médicament de thérapie génique ?

Une thérapie génique est une biothérapie qui consiste en l’introduction de matériel génétique dans une cellule dans le but de produire un effet thérapeutique ou réparer un gène défectueux. Historiquement, cela s’est fait le plus souvent à l’aide d’un vecteur viral : un virus rendu inoffensif et capable d’entrer dans les cellules humaines pour délivrer un gène. Depuis quelques années, la définition des thérapies géniques s’élargit grâce au développement de nouvelles technologies, comme la méthode CRISPR-Cas9, permettant de développer de nouvelles approches allant au-delà des vecteurs viraux classiques.

Les médicaments de thérapies géniques sont les médicaments dont le mode de fonctionnement repose sur ce principe. Ils sont classifiés comme médicaments de thérapies innovantes (MTI) et sont soumis aux réglementations des médicaments biologiques.

Une branche spécifique de la thérapie génique qui vise à traiter certains cancers est celle des CAR-T.

  • Quels sont les enjeux liés aux thérapies géniques ?

Initialement imaginée dans les années 70-80 dans le but de traiter les maladies liées au dysfonctionnement d’un gène unique (appelées maladies monogéniques), la thérapie génique s’est révélée au cours des années être prometteuse dans des domaines beaucoup plus larges que les maladies génétiques : oncologie, neurologie, ophtalmologie, cardiovasculaire…

Ainsi, le domaine est en forte croissance et plus de 2000 essais cliniques ont été menés ou sont en cours depuis 1989 et plus de 20 thérapies géniques ont été aujourd’hui approuvées.

Si ce marché se développe, de nombreux enjeux scientifiques et business restent à adresser pour l’industrie pharmaceutique, les biotechs et les centres de recherche :

Pour pouvoir dépasser les limites actuelles des thérapies géniques et ouvrir la possibilité de traiter de nouvelles maladies, les chercheurs tentent d’améliorer le processus de délivrance pour que les gènes se rendent dans les bons organes, sans nécessairement passer par le foie, et le ciblage pour que les gènes se rendent dans les bonnes cellules. Pour cela, ils tentent d’améliorer les techniques de fabrication des capsides, c’est-à-dire les « boites » contenant le gène au sein des vecteurs viraux (techniques dites de « capside engineering ») , mais aussi d’expérimenter d’autres moyens d’encapsuler les gènes, comme des nanoparticules.

Comment développer de nouvelles technologies permettant d’optimiser l’adressage des gènes vers les bons organes et les bonnes cellules, que ce soit pour améliorer l’efficacité et la sécurité des traitement actuels ou pour imaginer de nouveaux traitements ?
Il arrive parfois que certains patients développent des anticorps contre les virus utilisés pour transmettre les gènes, ce qui peut potentiellement bloquer l’efficacité de certaines thérapies géniques. Des recherches sont ainsi en cours pour comprendre comment créer des conditions immunologiques optimales en amont de l’injection, dans le but de s’assurer que le traitement soit efficace dans la durée. Il s’agit donc de réduire l’immunogénicité ou d’augmenter l’immunotolérance à ces médicaments de thérapie génique.

Quelles technologies pourraient permettre de minimiser l’immunogénicité des vecteurs viraux ? Quelle stratégie thérapeutique globale mettre en place ?
Si historiquement les thérapies géniques se concentraient sur le remplacement de gènes déficients, des systèmes sont en cours de développement pour permettre « d’allumer » et « d’éteindre » des gènes, et plus difficile encore, de moduler leur expression de façon contrôlée. On vise ainsi à atténuer l’effet d’un certain gène dont l’expression serait trop forte (exemple : des gènes dont l’expression induit un stress oculaire qui peut être néfaste si trop intense) ou au contraire d’amplifier l’effet d’autres gènes ne s’exprimant pas assez.

Quelles technologies peuvent permettre de contrôler l’expression d’un gène ? Quelles maladies pourraient être traitées grâce à un tel mécanisme ?
La fabrication des médicaments de thérapie géniques est très complexe et fortement réglementée par les normes de Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) s’appliquant aux MTI. Elle nécessite une expertise poussée et des procédés robustes, deux challenges qui animent encore l’industrie pharmaceutique. A noter, au cours des dernières années, des progrès dans les domaines des bioréacteurs et des chaînes souples ont permis une montée en puissance de l’offre de fabrication des CMOs (Contract Manufacturing Organizations). Au-delà de la production elle-même, le développement de chaîne d’approvisionnement est, comme pour toute nouvelle biothérapie, un enjeu industriel clé : identifier et évaluer des fournisseurs, prévoir la redondance, garantir qualité et délais,…

Comment améliorer la robustesse et l’efficacité des procédés de fabrication des thérapies géniques ? Quel choix faire entre le développement de processus de fabrication interne ou externalisation via des CMOs ? Comment sécuriser une chaine d’approvisionnement fiable ?
Le modèle de dispensation des thérapies géniques selon la typologie des maladies adressées est l’objet de nombreuses réflexions. En effet, certaines maladies disposent déjà de structures établies, comme des centres d’excellence, compétents et équipés pour traiter les patients par thérapie génique. A l’extrême inverse, pour certaines maladies rares, l’expertise de soins n’existe pas encore et le parcours patient doit être intégralement imaginé. Il se pose ainsi par exemple la question de la création de centres dédiés aux thérapies géniques - plutôt que dédiés à une maladie spécifique - pour optimiser le suivi des produits et le partage d’expérience.

Comment accompagner la montée en compétences et en puissance des centres de traitement de thérapie génique ? Quand et comment les identifier ?
Les thérapies géniques présentent des particularités qui rendent souvent complexe la construction d’un business model et d’un schéma de remboursement. L’enjeu est à la fois de pouvoir démontrer la valeur apportée par une thérapie génique par rapport aux traitements actuels, mais aussi d’imaginer un modèle de financement innovant capable de rembourser un traitement ponctuel dont le coût peut être équivalent à plusieurs années d’un traitement chronique onéreux et de définir qui doit porter la responsabilité de l’échec d’un traitement aussi couteux.

Quel modèle de financement adopter pour les thérapies géniques ? Quel partage de risque entre les différentes parties prenantes ?
Il est clé pour un industriel d’avoir une vision claire sur sa stratégie long terme autour des thérapies géniques, que ce soit sur le choix des aires thérapeutiques et des maladies ciblées, ou des technologies à développer. Une stratégie de portefeuille peut se baser soit sur une spécialisation dans une aire thérapeutique précise, soit une diversification dans de nombreuses aires thérapeutiques présentant plus de potentiel, mais avec de plus gros risques. En effet certaines technologies, comme l’ARNm, ont un fort potentiel de versatilité, c’est-à-dire qu’elles pourraient apporter des bénéfices cliniques à de nombreuses pathologies. D’un autre côté, certaines maladies, multigéniques, pourraient nécessiter une combinaison d’approches de thérapie génique pour être traitées efficacement. In fine, c’est bien en évaluant les bénéfices et risques de chaque voie que les industriels peuvent construire une véritable stratégie de portefeuille.

Quelle stratégie de portefeuille adopter pour le développement de ses thérapies géniques ? Quels sont les risques et opportunités pour la thérapie génique dans chaque aire thérapeutique ?
La thérapie génique, par le contrôle qu’elle offre potentiellement sur le corps humain, fait l’objet de considérations éthiques importantes. Ainsi, la modification de la lignée germinale, c’est-à-dire des cellules se transmettant à ses enfants est interdite dans la plupart des pays européens. De façon générale, il est important que les régulations autour des thérapies géniques reflètent au mieux les évolutions des débats sociétaux afin de définir un cadre éthique clair pour les recherches et les innovations en thérapie génique.

Quelles sont les règlementations en vigueur à travers le monde et quelles sont leurs différences d’un pays ou d’une région à l’autre ? Comment adapter sa stratégie en conséquence ?

Vous souhaitez en savoir plus ? Écrivez-nous !

Comment nous vous accompagnons dans vos projets de thérapie génique et de médicaments de thérapie génique ?

Depuis plus de 25 ans, Alcimed accompagne ses clients sur de nombreuses problématiques liées à la thérapie génique et aux médicaments de thérapie génique, dans de nombreuses aires thérapeutiques, comme la neurologie, l’oncologie, la cardiologie ou les maladies rares.

Nous avons ainsi mené des dizaines de projets sur la thérapie génique pour différents acteurs tels que des institutions et centres de recherche nationaux et européens (par exemple l’AFM/Genethon), des laboratoires pharmaceutiques (par exemple Bayer, Novartis ou Pfizer) des biotechs (par exemple Vertex ou Spark Therapeutics (Roche)) ou encore des associations de patients.

La large diversité de nos clients, des sujets que nous traitons, des champs géographiques et des aires thérapeutiques que nous explorons, mais aussi des types de projets que nous réalisons, nous donne une compréhension globale et approfondie des problématiques clés autour de la thérapie génique.

Nos projets couvrent des sujets divers, comme les nouvelles technologies dans le domaine des thérapies géniques, le développement de stratégies de portefeuille, l’évaluation des opportunités de marché, la recherche de partenaires, la construction de business cases, et bien d’autres !

Les types de projets que nous menons pour nos clients dans ce domaine sont :

  • Analyse de la règlementation 
  • État de l’art 
  • Innovation produits 
  • Lancement produits 
  • Stratégie commerciale 
  • Business models 
  • Nouvelles offres 
  • Positionnement stratégique 
  • Business case 
  • Étude de marché 
  • Recherche de partenaires 
  • Feuille de route 
  • Analyse concurrentielle 
  • Benchmark 
  • Business development 
  • Évaluation d’opportunités 
  • Go to market 
  • Parcours patients 
  • Scouting 
  • Market access 

Un projet ? Parlez-en à nos explorateurs !

EXEMPLES DE PROJETS RÉCENTS MENÉS POUR NOS CLIENTS DANS LE DOMAINE DES THÉRAPIES GÉNIQUES

Un de nos clients, acteur majeur en thérapie génique, souhaitait comprendre comment faire évoluer sa stratégie de portefeuille en s’engageant dans de nouvelles aires thérapeutiques. Dans ce but, Alcimed a réalisé 7 évaluations d’opportunités pour différentes maladies en identifiant leur potentiel (sévérité de la maladie, impact sur le système de soin, opportunité pour la thérapie génique, population de patients, etc.) et le risque associé (traitements actuels, risques pour la thérapie génique liée à la structure de soin déjà en place, faisabilité d’un essai clinique etc.). Avec les business cases construits, les nouvelles aires thérapeutiques considérées ont pu être comparées et priorisées, les synergies évaluées, afin d’orienter les développements de notre client dans une logique de portefeuille.
Alcimed a accompagné un acteur majeur de la thérapie génique dans l’identification et l’analyse de 24 familles de technologies émergentes pouvant potentiellement disrupter leur activité, par exemple dans le domaine de l’immunotolérance ou du capside engineering. Les technologies ont été priorisées par notre équipe selon leur niveau de maturité (preuves, premiers essais…) et les opportunités ou risques qu’elles représentaient pour cet acteur. Ensuite, au cours d’une session de travail avec tous les membres du comité de direction, les technologies permettant de maintenir une position de leader ont été sélectionnées pour aboutir à la définition d’une stratégie d’innovation.
Nous avons accompagné un industriel pharmaceutique européen, en phase de pré-lancement de la première thérapie génique d’une pathologie donnée. La question était de préparer au mieux l’acceptation par les autorités de santé de cette thérapie innovante, délivrée ponctuellement et a priori avec un coût élevé par rapport aux médicaments de référence. Nous avons pu évaluer la perception des institutions publiques et des prescripteurs de la valeur apportée par ce médicament de thérapie génique, grâce à des discussions et à un benchmark des thérapies géniques déjà approuvées, puis testé le potentiel des différents modèles de financement pour cette biothérapie (ex : « Pay-for-Performance », modèle d’abonnement, etc.). Un modèle d’accès innovant a ainsi émergé, soutenu par un plan d’actions pan-européen pour assurer à notre client le succès de la mise sur le marché de sa thérapie génique.
Une CMO (Contract Manufacturing Organization) européenne souhaitait évaluer l’opportunité que représentait pour elle le développement d’une offre autour de la thérapie génique et comprendre comment positionner son offre. Pour cela, Alcimed a analysé les offres concurrentes proposées par les acteurs CMO déjà présents en thérapie génique, pour aboutir à une segmentation fine de l’offre. Puis, une investigation terrain de la demande a permis de définir la typologie de clients cibles, leurs critères de choix de partenaires, et les services associés nécessaires. Le résultat pour notre client ? Une stratégie marketing claire, et sa feuille de route associée, tant technique que commerciale.

Créée en 1993, Alcimed est une société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés spécialisée dans les secteurs innovants : sciences de la vie (santé, biotechnologie, agroalimentaire), énergie, environnement, mobilité, chimie, matériaux, cosmétiques, aéronautique, spatial et défense.

Notre vocation ? Aider les décideurs privés et publics à explorer et développer leurs terres inconnues : les nouvelles technologies, les nouvelles offres, les nouvelles géographies, les futurs possibles et les nouvelles manières d’innover.

Répartie dans nos 8 bureaux dans le monde (en France, en Europe, à Singapour et aux Etats-Unis), notre équipe est composée de 200 explorateurs de haut niveau, multiculturels et passionnés, ayant une double culture scientifique/technologique et business.

Notre rêve ? Être 1000, pour dessiner toujours plus avec nos clients le monde de demain.

PARLEZ-NOUS DE VOTRE TERRE INCONNUE

    Vous avez un projet et vous souhaitez en parler avec un de nos explorateurs, écrivez-nous ! Un de nos explorateurs vous recontactera très vite.