Agroalimentaire Énergie - Environnement - Mobilité Cross-sectoriel

Les micro-organismes en agriculture : une opportunité de développement des cultures pour l’agriculture biologique et conventionnelle

Publié le 28 mai 2024 Lecture 25 min

Il est courant de constater une demande croissante de produits biologiques et d’initiatives vertes et durables dans l’agriculture. En Europe notamment, les consommateurs exigent des produits biologiques et la législation pousse à la réduction des produits chimiques dans l’agriculture. Mais les agriculteurs disposent-ils de suffisamment d’alternatives non chimiques pour traiter leurs cultures et augmenter leurs rendements ?

Il existe aujourd’hui de multiples approches permettant d’éviter l’utilisation de produits chimiques, généralement appelées « biologiques ». L’une d’entre elles est l’utilisation de micro-organismes vivants, souvent appelés microbes, microbes ou inoculants. Dans cet article, Alcimed explore les micro-organismes vivants qui peuvent favoriser le développement des cultures, en soutenant à la fois l’agriculture biologique et l’agriculture conventionnelle.

Que sont les micro-organismes en agriculture ?

Les micro-organismes sont des bactéries ou des champignons, vivants ou dormants, qui peuvent être appliqués sur les semences, dans le sillon (administrés au sol lors de la plantation), en application foliaire et éventuellement pour des traitements post-récolte. Ces micro-organismes vivront autour de la plante ou créeront même une symbiose avec la plante, et fourniront des avantages tels que :

  • Lutte contre les insectes, les parasites ou d’autres nuisibles
  • Fertiliser le sol en apportant des minéraux et de la matière organique à la plante pour assurer une croissance réussie.
  • Stimuler la croissance de la plante en l’aidant à absorber les nutriments et l’eau.

Voici quelques exemples clés de microbes déjà largement utilisés dans l’agriculture conventionnelle, en particulier pour le soja :

  • Les inoculants : Les micro-organismes tels que les bactéries Bradyrhizobium peuvent fixer l’azote pour la plante et réduire ou éviter l’utilisation d’engrais pour les agriculteurs. L’azote est nécessaire à la croissance de la plante et à la production de graines, et la plante fournit en échange des produits précieux pour la croissance des bactéries bénéfiques.
  • Bionématicides : Les nématodes sont un type de parasites qui attaquent les racines des plantes telles que le soja et ont un impact négatif sur de vastes régions du Brésil et des États-Unis. Les bactéries Bacillus peuvent être utilisées pour contrôler la croissance des nématodes.
  • Et bien d’autres encore ! Trichoderma, Azospirillum et Pseudomonas, entre autres microbes, sont également utilisés comme biocontrôle, biostimulants et biofertilisants.

Découvrez comment nous pouvons vous accompagner dans vos projets liés au biocontrôle >


Les micro-organismes en agriculture : une tendance croissante et l’évolution du marché

L’utilisation de micro-organismes dans l’agriculture existe depuis plus de 25 ans, principalement par de petites entreprises de biotechnologie. Mais les microbes n’ont pas été largement utilisés jusqu’à récemment, principalement en raison de l’efficacité, de la rentabilité et de la diversité des produits chimiques disponibles sur le marché.

Récemment, les microbes ont attiré l’attention de grandes entreprises agrochimiques telles que Corteva, Syngenta et Bayer dans les segments du traitement des semences et de la protection des cultures. Ces entreprises élargissent leur portefeuille de produits biologiques, y compris les micro-organismes vivants, en investissant dans la R&D pour développer de nouveaux produits et en acquérant ou en s’associant avec des entreprises biologiques clés qui disposent déjà de produits microbiens efficaces.

Du point de vue des clients, c’est-à-dire des agriculteurs, l’adoption des microbes a été très hétérogène. Les agriculteurs biologiques s’intéressent depuis longtemps aux micro-organismes, qu’ils utilisent pour un large éventail d’actions bénéfiques à leurs cultures. Il est intéressant de noter que les agriculteurs conventionnels intègrent de plus en plus les microbes dans leurs pratiques, avec des taux de croissance à deux chiffres. Mais pourquoi ?

  • Les micro-organismes remplacent les produits chimiques : dans certains pays, comme l’UE, la législation pousse à la réduction des produits chimiques et, dans le même temps, les prix élevés des produits de base tels que les engrais obligent les agriculteurs à rechercher des alternatives moins coûteuses, comme les micro-organismes. Par exemple, les inoculants fixateurs d’azote mentionnés ci-dessus peuvent remplacer les engrais, qui sont désormais coûteux.
  • Les micro-organismes sont plus efficaces que les produits chimiques : les produits chimiques ne sont pas efficaces à 100 % pour toutes les applications dont les agriculteurs ont besoin. Par exemple, il n’existe aucun produit chimique efficace pour lutter contre les nématodes, et certains microbes sont très efficaces en tant que bionématicides.

Quel est l’avenir des micro-organismes en agriculture ?

Bien que les micro-organismes puissent remplacer certains produits chimiques et que certains soient plus efficaces que les produits chimiques, le marché des micro-organismes est encore très limité et n’est pas encore bien établi. Par exemple, certains fixateurs d’azote sont très efficaces pour le soja, mais pas pour le maïs.

L’avenir des micro-organismes ressemblera très probablement à une combinaison de produits chimiques et microbiens, et non à des produits autonomes, car il y a encore des obstacles à surmonter. Pour n’en citer que quelques-uns : l’efficacité des micro-organismes n’est pas constante, de nombreux micro-organismes sont encore incompatibles avec certains produits chimiques à appliquer simultanément, leur durée de conservation est courte parce qu’il s’agit de micro-organismes vivants, et leur application peut nécessiter de nouveaux équipements, ce qui peut impliquer des investissements plus importants de la part des agriculteurs.

Aujourd’hui, l’application de micro-organismes peut s’avérer difficile car leur efficacité est variable et peut nécessiter des investissements supplémentaires de la part des détaillants et des agriculteurs, mais les microbes ont trouvé leur place dans des applications telles que la fixation de l’azote et les bionématicides, en particulier pour le soja. L’avenir des microbes est prometteur et plein d’espoir, avec la coexistence des microbes et des produits chimiques dans l’agriculture conventionnelle, ainsi que dans l’agriculture biologique combinant les microbes avec d’autres traitements biologiques des semences et d’autres approches de protection des cultures.

Vous êtes intéressé par les microorganismes dans le traitement des semences et la protection des cultures ? Alcimed peut vous accompagner dans vos projets, n’hésitez pas à contacter notre équipe !


A propos de l’auteur, 

Marta, Consultante Senior au sein de l’équipe Sciences de la vie d’Alcimed en Suisse

Vous avez un projet ?

    Parlez-nous de votre terre inconnue

    Vous avez un projet et vous souhaitez en parler avec un de nos explorateurs, écrivez-nous !

    Un de nos explorateurs vous recontactera très vite.


    Pour aller plus loin