Journal de bord

Emballages plastiques, un nouvel enjeu pour les industriels de l’agroalimentaire

ALCIMED, société de conseil en innovation et développement de nouveaux marchés, se penche sur le positionnement des industries alimentaires face aux enjeux des emballages plastiques.

Plus de 6 milliards de tonnes de déchets plastiques accumulés depuis 1950, soit l’équivalent en poids de 822 000 tours Eiffel [1]. Si une petite partie de ces déchets a été incinérée ou recyclée, 79% se sont retrouvés dans les décharges ou dans la nature et les océans. Or, la plupart de ces matières plastiques sont peu biodégradables, et pourraient persister des centaines d’années dans l’environnement.

Les conséquences, en termes de pollution (découverte dans le Pacifique d’un « 7ème continent » composé de déchets plastiques et d’une taille équivalente à six fois la France) et d’impact sur la faune et la flore (Greenpeace met en avant la mort d’1,5 million d’oiseaux et mammifères marins par an) entraine les industriels et les pouvoirs publics à agir. Ainsi, depuis 2015, l’UE a pour objectif de réduire la consommation de supports en plastique. Cette mesure se traduit par exemple par l’interdiction des sacs plastique à usage unique dans les supermarchés français, ou l’obligation suédoise pour les détaillants d’informer sur l’impact environnemental des sacs en plastique et les avantages environnementaux à ne pas en utiliser, ainsi que les moyens à disposition des consommateurs pour prévenir leur impact écologique [2].
Plus récemment, la Chine, qui recyclait à ce jour environ la moitié des plastiques et produits de papiers de la planète, a mis en vigueur en janvier 2018 une interdiction des importations de déchets plastiques ménagers provenant d’autres pays [3]. Cette annonce induit un enjeu majeur en termes de recyclage pour les pays Européens notamment, qui se doivent de structurer une filière durable dans la mesure où seul un tiers des déchets plastiques est recyclé actuellement. Ainsi, la Commission Européenne « réfléchit de manière plus urgente à une stratégie pour arriver à ses objectifs de réduction des déchets : 50 % de déchets plastiques recyclés en 2030 puis la totalité en 2040 avec un recyclage au sein des pays membres »[4].

Dans ce contexte, l’Angleterre a annoncé début 2018 un plan environnemental sur 25 ans, comprenant une mesure phare sur la lutte contre les déchets plastique, prévoyant notamment des mesures pour encourager les supermarchés à mettre en place des rayons sans emballages plastiques, ce que s’est engagé à faire la chaine britannique Iceland d’ici 5 ans [5].

Ces enjeux majeurs autour de la consommation de plastique sont un moteur pour l’innovation, afin de développer l’emballage de demain en remplaçant le plastique. Plusieurs start-up innovantes travaillent sur des solutions nouvelles, basées sur les déchets végétaux (pour produire des emballages « 100% végétaux », par exemple à base de déchets de canne à sucre, tels que développés par Lyspackaging) ou encore sur les algues (à l’exemple d’AlgoPack). D’autres initiatives visent à développer la biodégradabilité des emballages, et sont confrontées au défi de pouvoir conserver des propriétés similaires à celles des plastiques pétrochimiques, telles la flexibilité, la durabilité et la protection des aliments apportée aujourd’hui par des barrières UV ou CO2.. Par exemple, la start-up Israélienne Tipa développe des solutions de conditionnement « entièrement compostables, justement comme la peau des fruits ». Enfin, certaines startups vont même plus loin dans la démarche, comme Lactips, qui travaille sur la mise au point d’un plastique comestible à base de caséine de lait, pouvant notamment servir pour des emballages unidoses pouvant se dissoudre.

La montée des exigences environnementales de l’opinion publique, se transformant en contraintes réglementaires, est aujourd’hui un moteur fort pour les industriels. Ces derniers, au regard du foisonnement d’innovations, sont encore à la recherche de solutions performantes, adaptées aux contraintes d’une consommation de masse garantissant la préservation et la sécurité des aliments, attendues par les consommateurs.

[1] http://www.novethic.fr/actualite/environnement/pollution/isr-rse/le-chiffre-plus-de-6-milliards-de-tonnes-de-dechets-plastiquesaccumules-depuis-1950-144707.html
[2] http://thewaveswemake.se/malinviolawennberg/2017/06/01/sweden-enforcing-new-policies-plastic-bags/
[3] http://3 https://www.nytimes.com/2018/01/11/world/china-recyclables-ban.html
[4] https://www.consoglobe.com/recycler-plastique-enjeu-ue-cg
[5] https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Britanniques-incites-limiter-emballages-plastiques-2018-01-11-1200905168

 

Vous avez un projet d’exploration ?
Nos explorateurs sont prêts à en discuter avec vous

Contactez nos explorateurs >

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *